lundi 31 mars 2014

Viol de Myriam Ben Mohamed : Condamnation des Policiers.

Aujourd'hui nous étions une poignée de personnes à nous rassembler devant le Palais de Justice pour soutenir la fille violée par des policiers en Septembre 2012 et connue sous le nom de Myriam Ben Mohamed . Des centaines de personnes ont pourtant confirmé leur présence devant le tribunal  en réponse à un  appel fait par l'Association Tunisienne des Femmes démocrates pour soutenir Myriam dans son calvaire qui dure depuis presque deux années. Mais la différence devant l'engagement virtuel et le vrai engagement devient frappante ces derniers temps. Les gens préfèrent  résumer leur   militantisme dans  des statut Facebook ou dans le partage d'une publication révolutionnaire. Appuyer sur un bouton semble être suffisant pour eux.

La nature nous a joué l'un de ses tours aussi et ils plu des cordes mais nous avons tenu à faire notre rassemblement. A un certain moment les policiers ont essayé de nous éloigner du tribunal mais nous avions réussi à résister face à leurs menaces. Nous avons aussi eu droit à des insultes venant de certains passants. 










Selon les avocats le juge a été très agressif en s'adressant à Myriam et les accusés ont complètement nié les faits. Leur avocat est allé plus loin en précisant que Myriam a déjà eu beaucoup de relations sexuelles avant le dit viol commis par les policiers et comme si cela niait leur implication ou justifiait leur crime affreux. 


Après toute une journée d'interrogatoires et de plaidoiries la chambre criminelle auprès du tribunal de première instance a condamné deux policiers  accusés d’avoir violé la fille Myriam à sept ans de prison alors que le troisième a été condamné à une peine de deux ans de prison assortis d’une amende de 20 mille dinars pour avoir tenté délibérément de corrompre un fonctionnaire public.

Certes les flics ont été condamnés à une peine d'emprisonnement mais ce qui m'inquiète toujours c'est la réaction d'une grande partie de la société tunisienne face au viol . Pendant un peu plus de 24 heures j'ai eu droit à des insultes en guise de commentaires sur mes statuts soutenant la fille violée. La victime du viol est dans la majorité des cas perçue comme une fautive  et elle est placée sur le banc des accusés. De plus La majorité des filles violées ainsi que leurs familles préfèrent  ne pas porter plainte pour éviter les "scandales". En fin la majorité des hommes pensent que les femmes sont la cause de leurs propre viol: elles portent des vêtements  provocants ou elles sont sorties seules la nuit sont les arguments utilisés pour justifier le viol. 

Le viol reste un crime injustifiable et impardonnable et la honte doit changer de camp ! 



samedi 29 mars 2014

Le Musée Océanographique de Salammbô nécessite un peu d'attention !




Cet après-midi je me suis retrouvée par hasard  au  musée océanographique de Salammbô. J'ai fait la visite de tout le musée et j'ai eu mal au coeur. Tout semblait lugubre,sombre et triste. La poussière couvrait tous les objets et toutes les collections exposées au public. L'eau des bassins consacrés  aux poissons et aux tortues était trouble. Des mégots de cigarettes flottent à la surface de l'eau. Les vitres des aquariums étaient sales et rayées  et on pouvait à peine voir les poissons. Même les poissons étaient tristes. Les inscriptions sur les étiquettes des bocaux consacrés à la préservation d'espèces rares de poissons étaient  illisibles. 









Ce musée considéré comme le musée principal de la mer en Tunisie et fondé depuis 1924 nécessite un peu d'attention de la part de nos officiels. Ce fut l'un des plus beaux sites de Tunisie .Son état actuel est désolant. Il faut agir rapidement pour le sauver et pour pouvoir l'exploiter convenablement et pour permettre à nos enfants d'aimer la mer et ses créatures dans la joie et la gaité. 

vendredi 28 mars 2014

ارهاب "مش وقتو"

سكنتني الرغبة في  كتابة هذا النص منذ أشهر لا بل منذ سنوات . نعم فلقد مضت ثلاث سنوات على خروج الدكتاتور من تونس لكن دار لقمان بقيت على حالها أو دعوني أقول ساءت أحوالها و لكن هذا ليس موضوعي هنا.موضوعي هو عبارة :مش وقتو التي صارت فلسفة و سياسة و فكرا و ارهابا.فقد درجأغلب التونسيين على استعمالها و اللجوء اليها بعد 14جانفي  2011و عشقها السياسيون و التجؤوا اليها للتخلّص من هذا المأزق أو ذاك 

و دعوني أذكّركم بتعالي أصوات العديد من السياسيين رافضين الخوض في مسألة التطرّف و التشدد الدينيين مع ظهور أولى بوادرهما. فكانت الهجمة على سينما أفريكار في صائفة 2011 عند عرض فلم نادية الفاني "لائيكية ان شاء الله "أو "لاربي لا سيدي" و تعمدت مجموعة من المتشددين الهجوم على قاعة العرض وسط صمت امنيّ رهيب و عندما حاول 
البعض التحذير من خطر هؤلاء تمّ اتهامه برفض الاخر و كانت تعلّة مش وقتو أي هذا ليس وقت الخوض في هكذا مواضيع و كان الامر كذلك عندما تمّ الاعتداء بالعنف على مسرحيين و سنمائيين و فنانين بصفة عامّة  فأغلب السياسيين وقتها كانوا  يفكّرون بالاصوات الانتخابية و بعدد المقاعد التي سيحصدونها  و تناسوا مستقبل بلاد باكملها فكان  خيارهم مسايرة موجة التديّن التي سيطرت على البلاد لسبب أو لاخر . ففجاة تذكّر أغلب التونسيين ضرورة البحث عن هويتهم و خال لهم انّ  دينهم مهدّد من كلّ النواحي و نسوا انّنا متعدّدون و مختلقون و متعايشون رغم ذلك لقرون و قرون .  و مضى سياسيونا 
يستعرضون علينا مدى تديّنهم و انبرى كلّ واحد يقدّم نفسه على انّه حامي الحما و الدين 
.
 ثمّ كانت قضايا تتعلّق بحرية التعبير  و لعلّ اشهرها تبقى قضيتا " امينة فيمن " و قضية جابر الماجري حيث تفادت اغلب الاحزاب  و حتى المنظمات الحقوقية الخوض في المسالتين خوفا على اصواتها الانتخابية . نعم مرة اخرى كانت "مش وقتو "حاضرة و كانّ حقّ الانسان في ممارسة حرية التعبير التي تعتبر حقّا من الحقوق الاساسية للانسان يجب ان يكون مرتبطا بوقت ما و كان الادهى و الامرّ انّ بعض الاحزاب التي تسمّي نفسها تقدمية و ديمقراطية  تهجّمت على من دافعوا على الشابة و الشاب التونسيين حتى و ان اختلفوا معهما لكنّ المسالة مبدئية . فقد بلغني  مثلا انّ ابناء  بعض الاحزاب اليسارية مثلا كالوا لي الشتائم لا لشيء سوى لانّني دافعت عن جابر أو امينة و طبعا انا هنا لا اربط التقدمية بالعري و لا بالالحاد و لا بغيرها مما  يعتبر تابوهات في مجتمعاتنا الشرقية  و لكنّ مساندتي للشابين مرتبطة بايماني الشديدي بانّ لكلّ شخص الحقّ في التعبير عن رايه بالطريقة التي يشاء مادام لم يعتد على احد 

و اليوم صارت فلسفة "مش وقتو" فلسفة شعب كامل  فمؤخّرا و لمّا خرج بعض أبناء وطني في مسيرة سلمية مناهضة . للعنصرية  خرج بعضهم علينا يتهمونهم بالسعي الى خلق المشاكل و تشتيت المجهودات  و اخبرونا انّ لاوجود للعنصرية 
في بلادنا رغم تعدّد اخبار  حوادث اعتداءات  عنصرية 

 و مع تنامي ظاهرة الارهاب و انتشارها في تونس أصبح الحديث عن تجاوزات الامنيين امرا محظورا فما ان يتحدّث احدهم عن تعرّض فلان او فلتان الى الضرب او الاهانة من قبل امنيين حتى تتعالى أصوات بعبارة "مش وقتو" فهعم  يحاربون الارهاب و يجب مساندتهم و الوقوف الى جانبهم . و هنا تطرح العديد من نقاط الاستفهام فهل قيام  الامنيين بواجبهم داع للسكوت امام تجاوزات فئة من الامنيين لازالت تعيش بعقلية العنف و التعذيب و الطغيان ؟  يجب ان نساند من يحمون الوطن و لكن يجب ايضا ان لا نظلّ مكتوفي الايدي امام من يعتدون على ابناء الوطن مجانا . 

و تتعدّد الامثلة التي صارت فيها فلسفة " مش وقتو" طاغية  فوّلد الصمت عن هجمات اعتبرها البعض هجمات نادرة لمجموعات صغيرة   ارهابا خلّف لنا شهداء في صفوف المدنيين و الامنيين سواء و لم يجن السياسيون الذين شاركوا في ذلك بصمتهم المقاعد التي حلموا بها … 
و تواصلت الممارسات الخاطئة لبعض الامنيين و زادت حدّتها بفضل فلسفة مش وقتو هم يقاومون الارهاب فاغمضوا اعينكم امام تجاوزات بعضهم 
وتعددت القضايا المتعلقة بحرية التعبير و طالت صحافيين و مدونين و مواطنين و فنانين بفضل سياسة و فلسفة مش وقتو ايضا 

و نسي اغلبنا انّ حقوق الانسان ليست مرتبطة بزمان او مكان و نسى اخرون انّ المسالة ليست مسالة حسابات انتخابية  و مقاعد زائلة بل هي مسالة مبدا   فان تخلّيت عن جزء من حريتك في وقت ما فكن متيقّنا انّك ستخسرها كلّها في وقت ليس بالبعيد و تاكّد انّ الصمت عن جريمة ما هو مشاركة فيها وانّ الساكت عن الحقّ شيطان اخرس . فيكفنا من المهاترات و لندافع عن الحقّ و عن حقوقنا و حرياتنا للدفاع عنها و انطلاقا من ايماننا  بها و ليس من اجل حسابات و اكراما لتحالفات  
.و صداقات و انتماءات فهذا وقتو و نص 

jeudi 27 mars 2014

"Le Challat de Tunis" un film de Kaouther Ben Hania

Dimanche dernier j'ai été invitée à une projection restreinte du film "Le Challat de Tunis " de la jeune réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hnia . 

Le film nous ramène à une époque que nous avons vécu il y'a un peu plus de dix ans . L'époque du "Challat" qui a privé bon nombre d'entre nous de sommeil … une époque ou la réalité et les rumeurs nous ont fait vivre un cauchemar. Une histoire dont tout chacun a parlé mais dont personne n'en a connu la fin ou le dénouement. "Le Challat" n'a jamais été arrêté. Mais notre réalisatrice  part à sa recherche. 

Le film s'ouvre avec une scène à laquelle la majorité des cinéastes, documentaristes, journalistes, blogueurs, activistes ont déjà eu droit.  Notre jeune réalisatrice commence son voyage à la recherche du "Challat de Tunis" devant la prison de Mornag ou les gardiens l'empêchent de filmer malgré l'autorisation de tournage  qu'elle brandissait.  
 Le gardien parle d'ordres et d'instructions et c'est un premier clin d'oeil à un changement qui tarde à venir. Les habitudes et les pratiques ne changent et n'évoluent pas. Une caméra ça choque, ça fait peur et ça dérange. Que cache t'on derrière ces murailles? 

Et le voyage se poursuit . Le documentaire et la fiction se confondent mais les messages passent clairement . Dans un café populaire réservé aux hommes les propos des hommes choquent ou je dirais me choquent . Pour eux le crime du Challat est justifiable : 

ـأنا راجل تحبني ما عنديش غريزة ؟ 
Je suis un homme comment pourrais je me retenir  ?
ـ نخزر لنسا تونس كل قحاب 
Je  considère que  toutes les femmes  tunisiennes  sont des pûtes 
ـ الطفلة اللي ما تحترمش روحها لازمها تتشلّط 
La jeune fille  qui en se respecte pas  devrait être   blessée avec une lame . 


La réalisatrice  lance un casting pour retrouver le  "Challat" . Elle colle  des annonces partout en priant le challat de l'appeler . Pendant le casting une dizaine de jeunes hommes se présentent en se proclamant "challat" mais l'un d'entre eux Jalele  s'attaque  à la réalisatrice verbalement en expliquant qu'il est le vrai "challat " que le rôle doit lui être  accordé parce que c'est lui qui a été vraiment arrêté , torturé par la police , a comparu devant la justice.

En vérifiant avec les autorités concernées il s'avère que la personne arrêtée  est Jalel et notre réalisatrice part à sa recherche dans son quartier populaire . Mais est ce le vrai "Challat"? 


La réalisatrice poursuit sa recherche. Elle suit Jalel dans son quotidien et le documentaire et la fiction s'enchevêtrent . 



Le film critique une société patriarche et conservatrice  qui considère la femme comme un être inférieur qui doit être surveillé et protégé  par  les hommes ou par les êtres de sexe masculin . Le corps de la femme est perçu comme une propriété commune que tout les citoyens doivent surveiller . La femme n'est pas libre de son corps et doit le protéger . 

Le "Challat " devient un jeu vidéo ou le "Challat" s'attaque seulement aux femmes sans voile . Celles qui le portent s'épargnent la blessure aux fesses du fou furieux . Un homme religieux consulté par le créateur du jeu lui assure que le but du jeu est noble et qu'il peut le lancer. 


"Le vierginomètre", un appareil crée par une femme d'affaires  pour détecter si une femme et vierge ou pas avant la mariage est un autre volet de notre histoire. 

Le film dépeint  les maux et les maladies d'une société toujours à la recherche de son identité , une société dont les valeurs changent si rapidement .

Les témoignages de femmes attaquées par le "Challat" sont si émouvants. L'une des victimes parle de blessures engendrées par la langue , par les paroles et estime qu'ils sont aussi  douloureux  que ceux engendrés par la lame  du " Challat" . 

Un film intéressant à voir dans les salles tunisiennes prochainement ( à partir du 1 er Avril) .





jeudi 20 mars 2014

J'ai tué Jihed

Un jour j'ai été contacté par la grande écrivaine et militante féministe algérienne  Wassyla Tamzali pour écrire un texte dont le fil conducteur est "Les histoires minuscules des révolutions arabes."




Et c'est ce que j'ai fait . Mon petit texte intitulé "Jihed" était L' histoire classique du  jeune héros qui se fait tuer par balles en essayant de sauver la vie d'une jeune fille en pleine révolution. Les faits se déroulaient dans un petit village du coté de Sidi Bouzid. En écrivant mon récit je pensais à Regueb quant au titre qui est aussi le nom de mon personnage principal était celui de Jihed , un des blessés de la révolution que j 'avais rencontré l'un de ces jours au Ministère des Droits de l'Homme. En effet, face à l'indifférence des différents gouvernements transitoires, les blessés de la révolution y ont entamé à l'époque un sit-in pour réclamer leurs droits à des soins adéquats qui leur permettraient de reprendre une vie relativement normale. 

Jihed blessé par une balle au cou le  26 Février 2011 alors qu'il manifestait pacifiquement avec des centaines de jeunes Tunisiens, n'a jamais réussi à acquérir ses droits et je parle ici du minimum c'est à dire le droit aux soins. Il a frappé  à toutes les portes en vain. Il a fait des petits boulots pour pouvoir acheter les médicaments qui lui permettaient de lutter contre les douleurs qui déchiraient son corps et hantaient ses nuits.Mais il n 'a jamais réussi à garder  son poste à cause de ses problèmes de santé. Jihed n'a jamais perdu l'espoir. Il a toujours gardé son sourire et a toujours été présent dans toutes les actions défendant ou célébrant la Liberté. 

Cependant son calvaire semble ne pas avoir de fin. Jihed s'est vu collé un procès. On l'a accusé de faits et de crimes qu'il n'a jamais commis. Jihed a été condamné à une peine de prison pour un crime qu'il n 'a pas commis puisqu'il était toujours alité au moment des faits. 

Jihed refusant de perdre sa liberté qu'il chérit  tant a décidé de quitter le pays pour ne pas purger cette peine qui lui volera sa liberté et ses rêves. 

Aujourd'hui Jihed vit dans des conditions déplorables et je me sens coupable. Je me suis coupable face à mon incapacité de lui tendre la main et de l'aider . 

J'ai tué Jihed deux fois . La première fois c'était dans mon texte et la deuxième fois en étant dans l'incapacité de l'aider. 

Jihed n'est pas la seule personne a être dans cette situation. Des milliers de nos blessés de la révolution vivent toujours dans une situation alarmante. Certains d'entre eux sont même passés du statut de blessé au statut de martyr !

Entre temps nous nous "entretuons"… nous nous insultons les uns les autres en oubliant les vrais objectifs de notre révolution .

lundi 17 mars 2014

Nostalgie /Nostalgia









Simone de Beauvoir qui a déclaré que Djerba :« c'est l'endroit le plus silencieux du monde ».
Simone de Beauvoir described Djerba as one of the silent places in the world with an air so mild that it prevents you from dying.” 
Commençons notre journée en beauté .

dimanche 16 mars 2014

Le Tunisien et le Cul

Hier j'étais dans un café devant mon laptop ; je passais de Facebook à l'écriture de quelques phrases, au partage de quelques photos et vidéos . Parfois mon cerveau et mes yeux erraient …

Puis j'ai vu certains des hommes attablés  à coté de moi se concentrer sur quelque chose …certains ont retourné leurs chaises pour mieux voir la chose , d'autres devaient tourner la tête pour le faire . Comme je donnais mon dos à la porte je ne pouvais pas voir ce qui se passait …J'ai pensé à un accident ou une chose de la sorte. 

Curiosité humaine oblige, j'ai tourné ma tête pour voir … comme tout le monde quoi . 

Je n'ai rien vu à part une femme qui passait  . Elle était habillée "convenablement" selon le standard  tunisien … Je n 'ai rien remarqué de provocant dans ses habits. 
Mais les hommes était entrain de fixer son derrière. 

Et là je me suis rappelée un des premiers billets sur le blog et qui justement parlait de ce comportement là .
Oui pour être honnête  ce comportement a toujours été intriguant pour moi. Je ne comprenais pas et je ne comprends toujours pas pourquoi les hommes se plaisent  ils à zieuter le cul d'une femme. Ils le font tous sans exceptions et sans limites d'âge. 


Du coup je voulais poser cette question en public pour mieux comprendre la chose . J'ai rédigé quelques questions en dialecte tunisien et je les ai posté sur mon profil Facebook: 


سؤال للرجال ما الذي يدفعكم الى " التبحليق" في مؤخرات النساء؟ ما الذي يشدكم اليها ؟ فيما تفكّرون وانتم " تبحلقون" 
Juste 
نحب نفهم خاطر كلّ ما نبدا في قهوة و لا متعدية في شارع نرى الرجال مالاعمار الكلّ مبّهمين في مؤخرة اي مرا متعدية .


Traduction : 

Une question aux hommes : qu'est ce qui vous pousse à zieuter les derrière des femmes? qu'est ce qui  vous y attire ? A quoi pensez vous en le faisant ? 
Je veux comprendre car chaque fois ou je suis assise dans un café ou je suis entrain de marcher dans la rue je vois des hommes  de  tout âge zieuter les fesses des femmes qui passent . 

A l'époque le billet était passé inaperçu mais cette fois-ci mes questions ont suscité la colère de certains et m'a valu des insultes . Et comment ? Nous sommes une terre d'Islam  vilaine infidèle !!!


Et là je ne vous raconte pas le nombre de commentaires que je reçois et bien sur le nombre de messages privés qui  bien sur comprennent des insultes. Une grande discussion s'est engagée sur mon mur Facebookien . Et je vais résumer comme je le peux : 

-La majorité des hommes considèrent que c'est un comportement tout à fait normal alors que pour les femmes ça relève de l'impolitesse voire de la maladie psychologique. 

-Alors que les femmes disent qu'elles ont toutes fait face à ce genre de comportement , les hommes disent qu'ils le font si les fesses sont vraiment attirantes et si la femme n'est pas habillée "convenablement". 

-Les quelques hommes qui considèrent que  ce comportement est aberrant jettent la responsabilité sur les femmes : elles devaient s'habiller correctement et éviter les vêtements "sexy". Il s'agit s'une terre d'Islam , certains ont ajouté. 

- Certaines femmes ont parlé d'harcèlement mais leur nombre était négligeable. 

- En répondant à ma question :A quoi pensez vous en le faisant ?Certains hommes ont directement parlé de sexe et d'autres ont dit qu'ils n 'avaient pas à penser à quoi que ce soit en le faisant car c'est un comportement normal. 

- J'ai aussi eu des réponses scientifiques me parlant d'hormones etc mais là je me demande pourquoi ce comportement s'il existe en Europe, car je n 'ai presque jamais des hommes le faire de la manière que les hommes le font en Tunisie ou dans d'autres pays arabes comme l'Egypte ou le taux d'harcèlement sexuel est super élevé, n'est pas si flagrant qu'il l'est en Tunisie ? 

Bref je suis restée sur ma soif et je n 'ai pas eu de réponse à ma question.


vendredi 14 mars 2014

تسونامي و عصف الجمهور باحلامي

عندي مديدة و انا نتحلّف باش نمشي نتفرّج في " تسونامي" مسرحية فاضل الجعايبي وجليلة بكار  لكن كيما يقولو تجري الرياح بما لا تشتهي السفن  كلّ " سيكل " نبدا خارج تراب الوطن و لكن الجمعة هاذي  شاءت الاقدار و بمشيئة الله سبحانه نجّمت البارح نمشي نتفرّج . و هنا مانيش باش نحكي على المسرحية خاطر مخّي مازال رايب ماللي داير  
بالمسرحية و الجوّ العام متاع ال"الصالة" و الابداع متاع الجمهور. 



ايا ياسيدي مازلنا داخلين و بدات العادات و التقاليد الحميدة اللي عمرنا باش نحيوها الى يوم يبعثون متاع دزني و ندزّك و هنا يا سيدي خويا سمعت تعليق بدون تعليق : كان جاو داخلين للجامع راهم ماهمش يدزّوا هكة  ايّا بعد كرّ و فرّ و دزّ و لزّ و بمشيئة الله مرّة اخرى دخلنا قعدنا و ما غير ما نطوّل برشة في حكاية الكراسي المحجوزة بال"السيكان " و " الكبابط" و لا اختي " ريزرفي " ايا ناب علينا ربي ببليّصة اما المسرحية ما بداتش في الوقت كالعادة  و الله لا تقطعلنا عادة  كلّ مرة داخلين جماعة جايين بعد الوقت وزيد الجماعة اللي لداخل ما حبوش يسكتوا هيجوج و ميجوج قالبينها الصالة . 
 و كي بدات المسرحية فرحت و حمدت ربي و شكرتو على ها النعمة و لكن يا فرحة لم تدم شلّة كلبة قاعدين في وسط  اللي الصالة واصلوا في بلادتهم و ركاكتهم  رغم بداية العرض اللي بدا بمشهد صامت تكبّدوا هوما عناء التعليق عليه بكلّ انواع البلادة و التنبير و خاصة التقوعير و بعد كي بدا الكلام تقول حشموا تقول جعروا شي لدرجة انّو مرا فلقطت قامت تصيح و تعيّط خلّيونا نتفرّجوا ياخي كانت الاجابة تعفيطة و تمقعيرة من نوع :يزي شبيكم ما تعرفوش اخلاقيات المسرح ؟ 
و قتها عرفت اللي عرض و فراقو ضربان بونية … المهم كل ما يعطس واحد يقوموا يقهقهوا الكل و يصيحوا و يعيطوا و هاك الفازات القدم البايخة اللي اكل عليها الدهر و شرب . و سكتوا شوية في فترة ما اما السيدة الفاضلة اللي ورايا خذات ال " رولاف بعد ما جاها تليفون جاوبت عليه بكلّ اريحية تقول قاعدة في ال صالة متاع دار السيد الوالد مش في قاعة 
مسرح . 
و بعد عاد التعاليق اللي مربوطة بالمسرحية ماغير ما نحكيو عليها :  اي نعم سيدي خويا تعاليق من نوع احشم على بوسة و ضحك و تصفيق و تزفير اي نعم و بعد جليلة بكّار تحكي على محامي صديقها قالت " صاحبي و بعد رفيقي ياخي كلات بعضها بعبارات من نوع : احشم يا عزوزة السطوط و الشيب و العيب و هاتلك من هاك الاوي متاع التعاليق المتخلفة البليدة الركيكة 
الحاصل المسرحية كانت حلوة بمقياسي انا رغم الصعوبة  و المشاق اللي تكبدتها باش نجمت نركز و نفهم شوية من برشة معاني و رسائل حبّوا يعديوهم من خلالها و تو نرجع و نحكي عليها في نص اخر  اما تسونامي كبير عصفلي بقلبي هلى حالة شريحة مالمجتمع حسيت روحي في دنيا و حسيتهم في دنيا و هنا مانيش باش نلعبها الولد النظيف المهذب اللطيف خاطر انا بيدي عندي هبلاتي نسيّبهم و نحب التفصيص و التنبير و هذاكة الكل اما مش في قاعة مسرح يا رسول الله  و بلادتي و ركاكتي تاقف وين يبداو  حقّ و حرية  الاخرين 

يا ولاد الناس اللي يحب يعمل "ديفلومون " مالنوع هذا ما يمشيش لمسرحية ملتزمة عليه بال" ستاد" و لاّ بمهرجان موسيقي متاع بومزيود و لاّ " بواتا" لمن استطاع اليه سبيلا خاطر غادي الدخول بالوجوه و هذا موضوع اخر وجب الرجوع اليه في مناسبات اخرى 

بقلم مواطنة مقهورة