vendredi 15 juillet 2016

Conférence de Presse : Non au projet de loi sur la réconciliation économique.

Plusieurs organisations de la société civile  se sont associées pour organiser une conférence de presse qui s'est tenue le vendredi 15 Juillet 2016, à l’hôtel Mechtel, Tunis pour exprimer ouvertement leur opposition catégorique au projet de loi sur la réconciliation économique.








A travers cette initiative, les organisations participantes poursuivent la lutte contre ce projet de loi dont les principes portent atteinte au processus de justice transitionnelle et aux dispositions de la Loi organique n°2013-53 du 24 décembre 2013 relative à l’instauration de la justice transitionnelle et à son organisation.
Cette initiative a pour but d’unir les rangs de la société civile contre l'impunité et à lutter ensemble contre toute tentative de porter préjudice au processus de justice transitionnelle et aux droits des victimes.

Les 24 organisations et associations organisatrices sont : Avocats Sans Frontières, Organisation Mondiale Contre la Torture, Organisation Tunisienne de Défense des Libertés Individuelles, Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux, Association de Défense des Droits de l'Homme, Al Bawsala, Coordination Nationale Indépendante de la Justice Transitionnelle, Réseau Tunisien de la Justice Transitionnelle, Pôle Civil de Développement et des Droits de l'Homme, Association Al Karama, Tounissiet, Association Justice et Réhabilitation, Association Tunisienne de Droit de Développement, Centre TU-MED, Labo' Démocratique, Association Achbel Khmir, Association Khmir Environnement et Développement, Réseau De la Justice Transitionnelle pour les Femmes, Centre de Soutien à la Transition démocratique et aux Droits de l'Homme, Observatoire Tunisien de l'Indépendance de la Justice, Association Aswat Nissa
En partenariat avec: le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, le Centre International pour la justice transitionnelle, le Programme des Nations Unies pour le développement, Avocats Sans Frontières, l'Organisation Mondiale Contre la Torture, Human Rights Watch, Amnesty International Tunisie. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire