dimanche 28 avril 2013

Viol d'une fillette dans un jardin d'enfants à la Marsa: le scandale Continue!

Je rentre d'une petite rencontre avec le père de la fillette de 3 ans et demi qui a été violée mi-mars dernier  dans un jardin d'enfants à la Marsa. Les derniers développements sont plutôt inquiétants puisque contrairement aux déclarations de Sihem Badi  aucune mesure n'a été prise pour assurer le soutien psychologique nécessaire à la fillette et à sa famille. Par ailleurs, et toujours selon le père de la fileltte, la maison familiale serait sous une surveillance continue par des gens qui lui paraissent bizarres. Il aurait remarqué un mouvement inhabituel et suspect surtout le soir et la nuit . La fillette de trois ans aurait indiqué le nom d'un second violeur ( le père m'a confirmé qu'il a enregistré les propos de sa fillette). 

 Badi, ou sont les droits de nos enfants ?

Plus inquiétant encore, les tentatives des personnes qui étaient supposés encadrer la fille psychologiquement de la retourner contre sa famille et spécialement contre son père : "ils veulent me montrer comme un pédophile et un alcoolique"... "D'ailleurs les tests ADN prouvant l'implication du gardien du jardin d'enfants dans cette affaire ont mystérieusement disparu"a -t -il poursuivi les larmes aux yeux. 

Le père dit qu'il est vraiment inquiet et se sent menacé. 


 Restez calme et laissez les violer l'enfance

Il est nécessaire de rappeler que suite  à la médiatisation de l'affaire, Sihem Badi,  la ministre de la femme et de la famille, a déclaré que le violeur de la fille serait un membre de sa famille. Elle se serait ensuite excusée auprès des parents en expliquant que ces informations lui ont été communiquées  par le délégué de à l 'enfance et le directeur général de la protection de l'enfance chargé de suivre l'affaire suite à une grande pression médiatique et des manifestations qui réclamaient sa démission . Mais Madame la Ministre ne semble pas avoir retenue la leçon malgré les moments difficiles qu'elle a vécu lors de la séance plénière durant laquelle une motion de censure contre elle a été votée. Probablement, le rejet de cette motion de censure par des députés qui privilégient les intérêts partisans au futur de tout un pays accompagné d'un silence médiatique  l'aurait encouragée à  fermer les yeux devant la souffrance d'une famille  et à négliger ses devoirs de ministre de la femme et de l'enfance. 


Ministre de la Honte , un danger pour la femme et pour les enfants.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire