jeudi 3 mars 2016

Parenthèse Personnelle

Certaines personnes me reprochent le fait de soutenir les chômeurs qui font des sit-ins pour demander de l'emploi en les traitant d'incompétents et de paresseux et en prétendant que les opportunités de travail ne manquent pas. Mes chers, je suis dans la même situation que ces personnes là et je sais à quoi cela ressemble d'être un chômeur. Sinon, je travaille tous les jours bénévolement parce que je veux aider mon pays. Je suis sollicitée par des médias pour rédiger des articles et pour les aider à faire des reportages etc. Très rares sont ceux qui prennent la peine de me m'accorder une compensation. J'ai eu à collaborer avec une station radio et une chaine TV privées et j'e n ai pratiquement pas reçu ne serait ce qu'un centime pour mon travail. Je participe à des conférences à travers le monde et rares sont les organismes qui pensent à m'indemniser pour mes prestations. Sinon, l'Etat se plait à me déplumer tous les jours. J'habite seule dans un petit appartement : Je n'y reste pas pour la journée et le soir j'occupe une seule pièce et je n'utilise presque pas d'électricité à part pour mon ordinateur, malgré cela la STEG a trouvé le moyen de m'envoyer une facture de 240 dinars . En plus de cela, j'ai à assurer les prix des médicaments dont j'ai besoin de façon continue et dont certains ne sont pas fournis par les hôpitaux , ceux de mon alimentation , qui augmentent toutes les semaines et ceux de mes déplacements très fréquents et qui pour des raisons de sécurité évidentes ne peuvent se faire que dans une voiture personnelle. Il va sans dire que j'aimerai bien travailler comme plongeuse dans un restaurant ou comme aide-maçon( puisque c'est cela que suggèrent plusieurs personnes aux jeunes qui protestent en demandant de l'emploi) mais ni mon état de santé ni ma grande gueule ne me le permettent ( oui personne ne recrute une fille qui n'a pas d'affiliation/de sympathie politique pour un parti ou un autre et qui critique la violence policière etc. ).
Donc au lieu d'insulter les protestataires, je vous prie d'aller d'abord à leur rencontre, de discuter avec eux et de sentir un tant soit peu leur souffrance.
PS: permettez moi d'ajouter que je donne à mon fournisseur d'accès Internet une grosse somme chaque mois pour une connexion qui ne vaut même pas son nom.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire