vendredi 26 mars 2010

SOUHAIR AL-ATASS

Voila les gouvernements arabes continuent a nous prouver leur volonte a instaurer les principes de la liberté d 'expression comme le montre cet article du Courrier International du 25 au 31 Mars 2010 :

Prête à aller en prison.Opposante laïque au régime syrien, Souhair Al-Atassi, 38 ans, est dans le collimateur des autorités syriennes. Son délit ?
Jasmin de Damas ou Fleur d’amandier, comme se plaisent à l’appeler ses fans et partisans, a lancé il y a quelques mois sur Facebook un forum de dialogue national. “Les services de sécurité l’ont convoquée, lui ont confisqué ses papiers et l’ont menacée d’au moins deux ans et demi de détention. Mais elle a refusé d’abdiquer, déclarant qu’elle était prête à aller en prison”, relate le site d’information arabe Shaffaf. Elle a d’ailleurs déjà fait l’expérience des services de sûreté syriens, en mai 2005, alors qu’elle était la présidente du Salon Al-Atassi, un club de discussion qui avait vu le jour après l’arrivée au pouvoir de Bachar El-Assad, en juin 2000.
Chaque mois, à jour fixe, des défenseurs des droits de l’homme, des intellectuels, des journalistes, hommes et femmes de tous bords, venaient discuter politique dans l’ancienne maison de son père, Jamal Al-Atassi, célèbre opposant décédé en 2000. Le salon fut fermé en mai 2005 et ses huit animateurs arrêtés. Libérée après quelques jours de détention, Souhair Al-Atassi n’a pas baissé les bras, comme elle vient de le prouver.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire