Accéder au contenu principal

Communiqué L’égalité est un droit, L’égalité est une nécessité

Tunis, le 4 août 2012
Communiqué
L’égalité est un droit,
L’égalité est une nécessité

Alors que nous nous apprêtons à fêter le 56 anniversaire de la promulgation du Code su Statut Personnel (CSP), nous sommes surprises par les débats et les  positions prises au sein  de l’Assemblée Nationale Constitutive (ANC) par des représentants et représentantes du peuple et dont  le seul but est la remise en cause du principe de l’égalité entre les sexes et le refus de la reconnaissance des droits humains des femmes. Ces positions frappent de plein fouet la citoyenneté et la dignité des femmes.
La proposition faite par certains membres de la commission des droits et des libertés qui dit que « la femme est la complémentaire de l’homme au sein de la famille… »  est un revirement total  par rapport aux promesses faites au cours de la campagne électorale  par   tous les  courants politiques  qui avaient affirmé  leur  attachement aux droits des femmes, et leur volonté de les faire évoluer.
Au moment où plusieurs voix s’élèvent pour la consolidation des droits des femmes et leur constitutionnalisation, cette position menace et fragilise les acquis et permet de consacrer un système patriarcal qui donne tout le pouvoir aux hommes et prive les femmes de leurs moindres droits, cette position, nie leur citoyenneté et leur indépendance en tant qu’être humain à part entière, en tant qu’égales des hommes à qui il  appartient de jouir de leurs droits humains au  même  titre que les hommes. Les femmes y sont définies en tant qu’appendice aux hommes qu’ils soient père, mari ou frère.
Depuis le 13 août 1956 est promulgué le premier texte de loi qui légifère les relations au sein de la famille, garantit un certain nombre d’acquis, met les bases d’un nouveau modèle moderniste de la famille tunisienne consacrant le droits des garçons et des filles à l’éducation, limitant l’âge du mariage, prohibant le mariages des petites filles, pénalisant la polygamie, facilitant le divorce judiciaire quand la vie conjugale devient impossible. Les femmes ont eu accès à l’éducation depuis 56 ans ce qui a permis à la société tunisienne d’avoir des compétences féminines dans tous les domaines. Depuis des décennies, les femmes ont pu accéder au minimum des droits reproductifs et sexuels, ce qui leur a permis de promouvoir la famille autant que la société. Et à l’occasion de la commémoration de la promulgation du Code du Statut Personnel  (CSP) alors que nous devrions saisir cette opportunité pour enregistrer d’autres acquis pour les femmes, nous nous retrouvons face à des propositions rétrogrades et passéistes.
Nous, femmes tunisiennes qui avons toujours lutté pour l’égalité pleine et entière entre les sexes :

  • Nous exprimons notre refus catégorique de ce qui a été proposé par la commission des droits et des libertés disant que « la femme est la complémentaire de l’homme au sein de la famille» tout en réaffirmant notre attachement au principe d’égalité entre les sexes.
  • Nous appelons les membres de l’ANC à retirer cette proposition et à adhérer au principe « de l’égalité totale et effective entre les hommes et les femmes »
  • Nous réaffirmons notre attachement aux acquis du CSP tout en renouvelant notre revendication en ce qui concerne la constitutionnalisation des droits humains des femmes.
  • Nous saluons les composantes de la société civile pour son éveil citoyen, nous les appelons à continuer la lutte jusqu’à l’obtention d’une constitution qui consacre et garantit les objectifs de la révolution :
Liberté, dignité, égalité et justice sociale

  • Ahlem Bel Hdaj- Association tunisienne des Femmes démocrates (AFTD)
  • Radia Belhaj Zekri - Association tunisienne pour la Recherche et le Développement (AFTURD)
  • Abdessatar Ben  Moussa - Ligue tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme (LTDH)
  • Sondés Garbouj – Section Tunisienne d’Amnesty International (AI)
  • Sihem Ben Sedrine - Conseil national des Libertés en Tunisie(CNLT)
  • Sami Tahri - Membre du Bureau Exécutif de l’UGTT
  • Najoua Makhlouf - Commission Femmes de l’UGTT

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le droit à la différence par Zohra Ben khoud

L'auteure de ce texte est une jeune fille , une lycéenne au lycée Pilote de Kairouan. 
Parfois , je me pose des questions du genre  pourquoi on n'est pas tous nés au même endroit , au même jour, à la même heure ? Pourquoi il y' a t il deux sexes ? Pourquoi homme et femme ? Pourquoi blanc et noir ? Pourquoi mince et gros ? je réalise alors que cette différence avec laquelle on est venu au monde , assure l'échange culturel , la richesse intellectuelle , la diversité et la variété sociale . La preuve, sous le même toit , on trouve un homme et une femme , sans qui , il n'y aura pas de reproduction . J'en déduis alors qu'il faut être différent pour avancer . Différent de sexe , de religion , d'ethnique , tout cela ne peut être que bénéfique et enrichissant pour tout un chacun . On s'accepte en fin de compte pour la simple raison qu'on est génétiquement différent .
Toutefois , en grandissant , on essaie de tout créer à nouveau . Dieu nous …

حنان أو قصة "حارقة "

أحيانا تضعك الصدفة أو القدر أمام مواقف لا تنساها أبدا أو أشخاصا يتركون أثرهم على حياتك الى اخر يو م فيها … فلا تنساهم . سافرت الى مدينة كوزنشا الصغيرة في جنوب ايطاليا من اجل تسلّم جائزة منحتني اياها احدى المنظمات كتكريم على مجهوداتي من اجل دعم الثقافة المتوّسطية أو هكذا ارتأت لجنة التحكيم المتكوّنة من اساتذة من السوربون الفرنسية و عديد الجامعات الايطالية العريقة و في طريق العودة … قابلت حنان … وصلت الى المطار باكرا و قمت باجراءات التسجيل و دخلت قاعة الرحيل حيث جلست وحيدة مع كتابي … فجأة تقدّمت منّي فتاة متحجّبة عربية الملامح و طرحت عليّ مجموعة من الاسئلة باللغة الايطالية... حتما فهمتها فالايطالية و الفرنسية لغتي الثانية متشابهتان وسرعان ما لمحت الجواز الاخضر بين يديها فغمرتني سعادة كبرى … ها انّي قد وجدت رفيقة للسفر تؤنس وحدتي … فلقد أتعبتني الوحدة التي أعيشها في كلّ سفرة و تعدّد ت السفرات و الدعوات لالقاء محاضرات و المشاركة في نقاشات
رسمت ايتسامة عريضة على وجهي و أجبتها عن سؤالها باللهجة التونسية تبادلنا اطراف الحديث لبعض الوقت و تطّرقنا الى مواضيع مختلفة و لمّا وصلنا الى مو…

في ايقاف جريح الثورة مسلم قصد الله

“اغفروا لي حزني وخمري وغضبي وكلماتي القاسية, بعضكم سيقول بذيئة, لا بأس .. أروني موقفا أكثر بذاءة مما نحن فيه”  ― مظفر النواب


لم أجد كلمات أخرى أنسب لأستهلّ بها كتابة هذه الكلمات عن الفضيحة المأساة التي يعيشها جريح الثورة مسلم  قصد الله  أو  مسلم الورداني . نعم هل هناك موقف أكثر بذاءة من القاء جريح ثورة في السجن على خلفية احتجاجه أمام مقرّ المعتمدية  نعم في بلد الثورة و في بلد الانتقال الديمقراطي و العدالة الانتقالية  يجد الأبطال أنفسهم وراء القضبان لحرصهم على مواصلة الطريق و انجاح ثورة نهشتها الوحوش و تحاول القوى الظلامية و الرجعية واالانتهازية تحييدها عن مسارها بكلّ  و      الوسائل والطرق يتمّ اصدار بطاقة ايداع بالسجن في حقّ مسلم فيمرّ الخبر وصت صمت رهيب و كأنّ الأمر حادثة عابرة و ليست بفضيحة دولة و فضيحة شعب .نعم هي فضيحة شعب انتهكت كرامته مرات و مرات و هو صامت خاضع خانع ... هي فضيحة دولة تهين شعبها لا بل أبطال شعبها ناسية أنّها في خدمة هذا الشعب . 
.مسلم  ذلك الشاب الذي فقد ساقه نتيجة الاهمال الطبّي و التعامل بلامبالاة مع ملف شهداء الثورة و جرحاها لا مبالاة يشهد عليها التحاق جريحي ثورة …