samedi 25 mai 2013

Le Procés de Saber Mraihi : Le Procès de la Révolution ?

Le 24 mai 2013 Saber Mraihi, un jeune Tunisien accusé d'homicide volontaire et  de la mise en feu d'un véhicule lors des évènements de violence et des émeutes connus sous le nom des incidents de la révolution, a comparu devant le tribunal de première instance de Tunis suite à une plainte portée par un policier. 

Jugée comme montée de toutes pièces et honteuse,  l'affaire de Saber Mraihi a suscité l'indignation  et la révolte de beaucoup de jeunes tunisiens qui tout comme Saber  sont sortis défendre et garder leurs quartiers durant les premiers jours suivant le départ de Ben Ali  En effet,   un policier qui a porté plainte contre Saber Mraihi dit l'avoir reconnu sur une vidéo une année après les évènements. Un comité de soutien s'est formé autour de l'affaire de Saber Mraihi.

A l'occasion du procès,  son comité de soutien  a organisé un rassemblement protestataire devant le tribunal et que les forces de l'ordre ont essayé d'interdire. Durant l'audience, le comité de défense a demandé le report de procès et la  mise en liberté de Saber Mraihi . Après les délibérations le juge  a décidé de reporter le procès au 25 Juin 2013 et de garder Saber en détention.







Cette décision a aiguisé la colère de plusieurs Tunisiens qui considèrent que le procès de Saber est aussi le procès de la révolution et une tentative de son assassinat, vu que les faits qu'on lui reproche se sont déroulés dans des circonstances particulières; celles de la révolution et de la vague de violence qui s'en est suivie .

A la surprise de tout le monde, le Samedi 25 mai 2013 vers 2 heures du matin les membres de la  famille de Saber Mraihi ont  appris la libération de leur fils.

Certes Saber , dont la seule accusation fut la participation aux   évènements de la révolution , a été libéré ; cependant d'autres jeunes croupissent toujours dans les cellules des prisons tunisiennes pour avoir participé à la révolution et pour avoir défendu leur ville et leurs quartiers durant la vague de violence qui a suivi le départ de ben Ali . Je mentionnerai les 10 jeunes de Djerba et qui ont eu des peines  allant jusqu'à 10 ans en prison  mais je suis certaine que la liste est beaucoup plus longue. 






Pour voir toutes les photos disponibles, cliquer ici
Pour la vidéo cliquer ici 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire