vendredi 6 juillet 2012

Tunisie: Campagnes policières pour la Protection des bonnes mœurs !!!

Les témoignages et les réactions par rapport à la violence gratuite et aux campagnes de la préservation des bonnes mœurs entamées par les policiers tunisiens depuis un bon bout de temps fusent de partout. Je partage avec vous un premier témoignage recueilli sur Facebook :

A ma sortie de la closerie, en taxi, j'ai été arrêtée par les flics qui m'ont demandé ma CIN. Ils ont mis du temps à me la rendre alors j'ai demandé au flic la raison pr laquelle il m'a demandé ma carte, ce qui l'a dérangé et a commencé à me parler sur un autre ton. Il y avait d'un coup 4 flics qui criaient et qui ont demandé au taxi d'arrêter le moteur car je n'allais pas rentrer. Quelques minutes après, ils ont décidé de m'emmener au poste. Ils m'ont demandé de monter dans leur partner. J'ai refusé. Ils ont demandé au taxi de les suivre.
A l'arrivée au poste des Jardins de Carthage, il y avait d'autres flics qui m'attendaient comme s'ils avaient capturé un criminel. Ils m'ont demandé d'entrer au poste. J'ai refusé en disant que ma tenue de soirée ne me permettait pas de le faire. J'ai demandé si je pouvais aller me changer et revenir, qu'ils gardent ma CIN. Ils ont forcé la porte du taxi pour me faire descendre. Là j'ai cédé.
Je leur ai alors dit que 3ib ce qu'ils faisaient et que je ne leur ai rien fait ni dit et qu'ils avaient ma carte, qu'ils fassent le nécessaire. Ils m'ont répondu que j'ai eu un accrochage avec un flic et que howa cheki bya et qu'il faut que yekthou a9weli!!
Le plus agressif d'entre eux, qui a forcé la porte m'a traité indirectement de trainée, et que mé yetcharafech et que s'il avait une soeur habillée kim ena rahou 7ra9ha wala 9talha!!!
Dès que je sois entrée au poste avec le chauffeur du taxi auquel j'ai demandé de m'accompagner, le langage a changé: d'un coup, ils ont commencé à crier, à m'insulter, trabrib wiklem zeyed, et à vouloir me frapper. Ils m'ont agressé, emmené dans une pièce et menoté!!! L'un d'eux est arrivé, a cassé une chaise, m'a encore insulté et traité de tous les noms puis parti!
Comme koi je suis ivre, 3amlouli ma7ther. Ils étaient 5 dans la pièce, et tous m'accusaient de sokrana, cherba, 7okmetelha il bal3a, bien que j'ai nié avoir bu! Ils m'ont fait signé un truc que je n'ai pu lire et m'ont dit "xxx fih"!

J'ai eu la peur de ma vie!

Nous sommes entrain de subir une campagne de terreur qui vise à obliger les gens à ne plus boire, à ne plus mettre d'habits osés, à ne plus veiller pour finir par ne plus sortir... Leur seul discours était l'alcool! Leur programme est en marche et les flics sont mille fois pire!

Et en voici un deuxième: 

Hier soir une femme se faisait tabassé au poste de police rue Radhia Haddad on entendait ses cris et pleurs de douleur à l'extérieur, lorsque j'ai voulu voir ce qui ce passait un des policier m'a rétorqué que la fille était ivre. Dorénavant sachez que l'ivresse est un crime dans ce pays surtout quand il s'agit de femmes. Des artistes était au même resto que moi à côté du poste de police, ils n'ont pas bougé d'un pouce pour la dame. Rien n'a changé, mis à part le fait qu'aujourd'hui les policiers ont des arguments religieux, triste je suis...
 
Mon ami Emine M'tiraoui le journaliste à Nawaat a parlé de cela aussi: 

Cela se passe en Tunisie.... Hier soir,les policiers de Mr Laarayedh ( Minsitre de l'Intérieur) ont mené une campagne pour la préservation de bonnes mœurs et ont terrorisé des citoyens dans différentes banlieues de la capitale . Ils ont interpellé les couples et les night-clubeurs ... Sujet à suivre ... 

Par ailleurs et suite à la publication de  mes deux billets: Tunisie: les robes courtes dérangent la police ! et Tunisie: vivre dérange la police!  
J'ai reçu d'autres témoignages de personnes- femmes pour la plupart - évoquant des violences policières qu'elles ont subies au cours des derniers jours. 
Un ami vivant à l'étranger et qui m'a demandé de préserver son anonymat m'a envoyé le témoignage suivant: 

 Je me permet de t'écrire un petit témoignage par rapport à une incident que que j'ai vécu hier à la douane de l'aéroport de Tunis Carthage.
Je rentrais de Paris, comme d'habitude j'ai acheté  deux bouteilles d'alcool de la  duty free de Paris, les bouteilles étaient emballées dans un sac en plastique transparent.


À la sortie de l'aéroport juste après le passage de la police je gagne la sortie (arrivée ) là ou il y 'a le contrôle des douanes. En sortant un agent de la douane m'appelle et m'oblige de cacher les bouteilles dans un sac opaque autrement il ne me permettra pas de sortir .. Je lui ai dit que je n'ai pas de sac un autre sac et que j'ai juste une petite valise qui me sert de bagage à mains remplie d'affaires où j'ai mis monPC, (impossible d'ymettre deux bouteilles) il m'a dit qu'il s'en foutait, que je devais me débrouiller pour trouver un moyen de les cacher; au risque de me les faire confisquer.
je lui ai dit que je suis libre, qu'il n'y pas de loi qui dit que "nul n'a le droit de se promener avec un sac transparent contenant des bouteilles d'alcool" il m'a dit que ce n'est pas possible .. le mois de Ramadan arrive et les gens qui attendent dehors ne vont pas apprécier la vue de ces bouteilles.
voilà .. pour éviter les disputes avec lui.. sachant qu'il était oralement agressif, j'ai du demander à une  inconnue de cacher les bouteille dans son sac .. et de me les donner en dehors de l'aéroport.

Personnellement, je pense que ce qui se passe en Tunisie est vraiment alarmant. C'est en exerçant ce genre de pression et des actes d'intimidation de la sorte que les dictatures commencent à s'établir et à s'installer dans un pays. Certes, les gouverneurs d'aujourd'hui se présentent comme des personnes modérées et comme des garants des libertés en Tunisie mais la réalité est bien différente.  Leur machine de propagande,étant très active, n'a pas seulement réussi à obscurcir le jugement de certains de mes compatriotes qui n'ont pas su résister au bourrage des crânes de ces nouveaux leaders mais elle a aussi induit en erreur plusieurs personnes vivant à l'étranger notamment des journalistes qui ne ratent aucune occasion pour parler de la réussite de la transition démocratique en Tunisie.  

Sous le régime de Ben Ali, je me sentais étrangère dans mon propre pays. Aujourd'hui ce sentiment m'étouffe de plus en plus. Non seulement la majorité des objectifs de la révolution n'ont pas été réalisés en outre je considère que les rares acquis du soulèvement populaire tunisien dont la liberté d'expression,la liberté d'opinion, le courage et la capacité à affronter  la peur semblent être en danger aujourd'hui. 

La police tunisienne qui se félicite d’être républicaine et d’être  au service du peuple n'est qu'une arme de répression entre les mains des gens aux pouvoir. Les mêmes têtes qui ont servi le régime de Ben Ali, qui ont abusé des femmes voilées et de toute personne qui faisait ses prières dans une mosquée, abusent aujourd'hui de toute personne qui ose boire de l'alcool ou mettre des vêtements osés. 

Les femmes sont les principales victimes de cette répression. Elles sont généralement insultées, harcelées sexuellement et parfois arrêtées et mêmes tabassées comme ce fut le cas pour plusieurs femmes lors de la manifestation du 9 Avril 2012.

L'une des revendications du soulèvement populaire était la liberté; la liberté sous toutes ses formes. Aujourd'hui, certaines libertés personnelles qui étaient auparavant  garanties sont menacées. Ceci se fait au nom de la religion et de la légitimité acquise suite à des élections "démocratiques". 

Aujourd'hui ils s'attaquent aux gens qui sortent la nuit, aux femmes dont ils jugent les vêtements indécents; demain on aura affaire à une police des mœurs des plus répressives qui nous forcera à nous cacher sous une tente noire et qui vérifiera si les femmes portent du vernis à ongles ou pas. "Vive la Révolution !!! ".
 

« Les dictatures fomentent l’oppression, la servilité et la cruauté ; mais le plus abominable est qu’elles fomentent l’idiotie. »   Jorge Luis Borges 


8 commentaires:

  1. exactement...on n'en veut plus des 97aab est des mwabbna....

    RépondreSupprimer
  2. Bravo à mon prédécesseur pour son commentaire riche en tolérance et justice sociale. Tous ceux qui le dérangent on 'en veut plus" et il suffit que ce monsieur le décrète. Il ne sait pas que ça commence par les plus faibles et qu'on s'attique à tous, sans exceptions dans ce genre de comportement.

    Maintenant question: Quel recours peuvent faire ces femmes ? Peux-t-on exiger la présence d'un huissier de justice pendant l'interpellation ? D'un avocat ? Peux-t-on refuser ? Comment échapper à l'obligation traumatisante de suivre 5 policiers ? Y a-t-il des avocats qui savent ? Qui peut intervenir ?

    RépondreSupprimer
  3. Décidemment ces flics on pourra jamais rien en tirer :( c'est malheureux à dire mais apparemment c'est la vérité ! dejà que c'etait la honte sous benali ... ouf en tout cas l'honneur est sauf !! c'est l'essentiel. sexe alcool etc... mais surtout que ca ne se voit pas ;) ca fait tache :(

    RépondreSupprimer
  4. Tunisie : La Dictature Théocratique Brune-Verte était planifiée

    http://www.legrandsoir.info/tunisie-la-dictature-theocratique-brune-verte-etait-planifiee.html

    Salah HORCHANI

    RépondreSupprimer
  5. A diffuser largement SVP !

    Pour notre Sécurité, pour combattre ensemble, à tout moment et en temps réel, les abus des égarés parmi les Forces de l’Ordre, connectez-vous sur Yezzi :

    Yezzi est une plateforme collaborative destinée à recueillir les incidents impliquant les forces de l'ordre. Chaque citoyen peut y apporter son témoignage, anonyme au besoin, afin de se protéger d'éventuelles répressions, et partager avec la communauté ce qu'il a vu.

    http://tn.yezzi.info/main

    Salah HORCHANI

    RépondreSupprimer
  6. Ce régime va directement vers la dictature. Qaund on contrôle ainsi la vie des gens et qu'on porte atteinte a leur liberté cela a un nom : dictature.Il n' y a pas trente sis solutions il faut résister. Les filles notamment devraient ne sortir qu'en groupe et ne pas hésiter a créer un scandale chaque fois que l'on porte atteinte à leur liberté. Essayez de s'aranger avec ces fanatiques ne sert strictement a rien. Céder c'est perdre.

    RépondreSupprimer
  7. Ah les femmes , avant elles vivaient en paix grâce à Leila Ben Ali qui a interdit le contrôle des identités des femmes par la police dans la rue ( à pied ou en voiture) à partir d'un certain horaire.
    Maintenant alors que ce droit a été confisqué , elles commencent à s'indigner.
    Franchement bien que j'aie une haine viscérale envers les policiers surtout ceux de la circulation ( qui au passage devraient changer de tenue car L'actuelle ressemble vachement à l'uniforme nazi),je pense que Raafa Ayadi exagère un peu pour ne pas dire trop, il s'agit d'un controle de routine qui a dégénéré.
    En effet moi aussi je m'étonne si la nuit un policier m’arrête et me demnade mes papiers, le mec il fait son travail ( on ne le met pas dans les rond point et les barrages pour faire la parade).Et c'est normal que lorsqu'il prennent une carte d'identité le protocole veut que l'on vérifie par talky walkie.
    Ce que je trouve bizarre c'est le fait de l'avoir emmené au poste de police, je suis sur qu'elle a voulu défié l'autorité des policiers et qu'elle a sorti le fameux " tu ne connais pas qui je suis , et la fille de qui , tu vas voir".
    En tunisie , lorsqu'on a affaire avec un poulet , il faut faire l'hypochrite , un sourire une petite blague, engager une discussion sur ses conditions de travail, lui dire rabbi m3ak et hop c'est bon tu es tranquil. Il ne faut surtout pas jouer les durs .

    RépondreSupprimer
  8. Totalement révoltant ! Les forces de l'ordre continuent de transgresser les droits basiques du citoyens, ces même droits qu'ils sont tenus (constitutionnellement) de respecter et de faire respecter !
    Je crois que le gouvernement a décidé de nous mettre au pied du mur (nos autres "mécréants" qui adorent sortir et s'amuser le soir) et je pense sérieusement que cela va dégénérer comme pas possible !

    @Jack Mintali : Ne t'inquiète pas l'ami va, si aujourd'hui les flics ont les femmes dans le collimateur, on ne tardera pas à les voir harceler les hommes si cela continue ainsi et bientôt tu ne pourras pas sortir de te dégourdir les jambes en short en Tunisie ...

    Par ailleurs, je ne sais pas d'où tu détiens des "vérités" comme (et là je te cite) "il s'agit d'un controle de routine qui a dégénéré" ou encore "je suis sur qu'elle a voulu défié l'autorité des policiers et qu'elle a sorti le fameux " tu ne connais pas qui je suis , et la fille de qui , tu vas voir"."
    Et somme toute, un contrôle de routine n'est pas (plus) sensé dégénérer non ?

    En ce qui concerne le sourire hypocrite, ce serait plutôt au flic de l'afficher. C'est même stipulé dans le règlement interne des forces de l'ordre: un salut convenable et un minimum de respect sont de mise quand il s'agit d'intervenir auprès du citoyen, car après tout c'est bien le contribuable qui paie le salaire de ces commis de l'état et non l'inverse !

    Pour finir je trouve ton attitude carrément révoltante et à mon humble avis perso, tu n'as rien compris de l'opportunité qui se présente à nos tunisiens à l'issue de la révolution du 14 Janvier. Continue de trouver des excuses bidons aux bavures des agents de l'ordre et de vouloir flatter leurs égos à coup de sourires hypocrites et ils finiront un jour par t'avoir grâce à leur célèbre technique de la bouteille de soda en verre ! Je ne te le souhaite pas du tout, mais qu'est-ce que j'aimerais entendre ton avis la-dessus si jamais cela t'arrivait un jour :)

    RépondreSupprimer