mardi 29 novembre 2011

Un Beau Jour ... Combattre le Viol

Dans son opuscule intitulé "Un Beau Jour... Combattre le Viol", Clémentine Autin: figure de la gauche radicale, directrice du mensuel "Regards",  chroniqueuse à France Culture, à RTL,  à BFMTV et auteure de plusieurs ouvrages dont : Invitation au féminisme (Robert Laffont) et Les machos expliqués à mon frère (Seuil) nous livre un réquisitoire contre le viol.



L'auteure démarre son récit en faisant référence à  son propre expérience; elle avait toujours menti et caché l'histoire du viol dont elle a été victime à l'age de 22ans. Elle décortique, par la suite,  les raisons qui poussent les femmes à cacher une telle horreur qu'elles subissent : "on estime que seule une femme violée sur huit rapporte les faits à la police". Pourtant," il ne s'agit pas de l'étalage de mon intimité mais de l'énoncé de la violation de mon intégrité physique et morale" ...
Dans le second chapitre intitulé 'Ce que l'affaire DSKa révélé' Clémentine Autin critique le traitement de l'affaire dans le monde médiatico-politique. L'affaire a été réduite à un "troussage de domestique" et la victime a été présenté comme le coupable. Elle fait aussi référence à l'affaire Polanski. 
Dans le chapitre suivant l'auteure évoque  le rapport d'oppression historique  exercé par les hommes sur les femmes. Cependant, elle ne nie pas l'existence d'un viol dans le sens contraire : "disons qu'une victime de viol sur dix serait un homme". Dans le chapitre intitulé  'La sidération', l'auteure répond à la question qui nous taraude dans bien des cas de viol : " pourquoi ne s'est elle pas débattue". 
En parlant de ce que le viol détruit l'auteure nous parle de somatisations, anorexie, vaginisme , dépression etc rares celles qui sortent indemnes de l'horreur qu'est le viol.On rejette son corps !!!
"Ne pas pouvoir dire ce que l'on a subi rajoute à la violence". c'est ainsi que Clémentine commence le chapitre intitulé 'Silence sur le viol'. Généralement, les femmes préfèrent cacher leur souffrance lié au viol de peur du regard de la société. Une société qui ferme l’œil sur cette horreur et qui condamne la victime.  Pour elle, le viol c'est L'expression de la domination masculine" . Pour elle, "Combattre le viol, c'est libérer le désir', titre du dernier chapitre du livre dans lequel l'écrivaine nous délivre sa vision des solutions pour mettre fin à ce problème.

Le livre de 31pages ( publié dans la collection Ceux qui marchent contre le vent des éditions indigène) est le fruit du bouleversement de son auteure par l'affaire DSK. Il est destiné aux femmes violées pour les encourager de se libérer de leur sentiment de culpabilité  mais aussi à la société pour l'inciter à reconnaître le viol comme un crime et d'aider les victimes à revivre normalement.


1 commentaire:

  1. Merci Lina! Je vois que tu te prépares pour la biennale de l'égalité à St-Malo le WE du 9/10 décembre!
    Bon voyage en Bretagne!

    lien vers le programme:
    http://www.bretagne-egalite.fr/internet/jcms/preprod_115154/le-programme-par-jour

    RépondreSupprimer