samedi 24 mars 2012

Les Blessés de la Révolution: une Priorité .

Hier j'ai été invitée au local de la TV Attounissia pour participer à l'émission 'Lebess' présentée par Naoufel Ouertani. Avant de commencer l'enregistrement de ma partie , j'ai pu voir la partie consacrée aux blessés de la révolution. A la régie  personne n 'a pu retenir ses larmes.Cétait émouvant. et douloureux.  Le calvaire de ces héros, de nos héros dure depuis plus d'une année et le gouvernement n'a rien fait pour soulager leurs maux. Des associations et des individus formidables comme Imene Ben Ghozzi font des efforts surhumains pour les aider mais cela ne peut être suffisant. Nous avons toutes et tous des dettes envers ces héros qui ont fait face à la violence des forces de l'ordre dirigées par le dictateur déchu. Je me rappelle bien de la veille des élections quand je suis partie rencontrer un groupe de ces héros au local de Nawaat . Ils étaient en grève de la faim parce que ils étaient fatigués de l'indifférence du gouvernement et des partis politiques. ( lire ici ) Quand j'ai publié cela, j'ai été contactée par certains politiciens m'expliquant qu'ils ne pouvaient rien faire tant que les élections n'avaient pas eu lieu . Puis j'ai eu l'occasion de visiter la famille de la plus jeune blessée Maram et c'était le jour de la commémoration de la tuerie qui a eu lieu à Kasserine . Ce jour là , Maram et sa maman ont été agressées par les forces de l'ordre parce que cette la maman de cette dernière a voulu rencontrer le président de la république et le chef d'état.







 



Ensuite, j'ai pu connaître Wael Grafi de prés aussi. Je l'ai connu quand on a travaillé sur la collecte des aides pour les victimes des intempéries en Tunisie . J'ai été impressionnée par sa persévérance et sa volonté. Malgré ses souffrances, Wael nous a aidés et a même passé des nuits sous notre tente . Il nous aidait a charger les camions avec un large sourire. Une fois, je l'ai accompagné à la douane pour récupérer sa voiture et je fus choquée par la façon dont des responsables tunisiens traitaient des blessés de la révolution. C'est vrai que Wael est parti se faire soigner à l'étranger grâce aux efforts de certains tunisiens dont Imen  mais une question se pose : quel est le rôle de ce gouvernement ? De plus il y' a des centaines qui sont dans la même situation que celle de Wael, devraient ils souffrir plus ?


 Cinq mois, après les élections la situation n 'a pas  beaucoup changé , jusqu'à aujourd'hui les blessés n'ont pas reçu le traitement adéquat. Deux d'entre eux ont rejoint la liste de nos martyrs , Allah Yarhamhom.Nous sommes toutes et tous coupables et nous devons agir . Certes ce gouvernement ne peut pas offrir des postes de travail à tous les chômeurs et que cela demande du temps mais est ce que le problème des blessés peut attendre ? Est ce que la reconnaissance de leurs actes héroïques nécessite beaucoup de moyens que le gouvernement ne peut pas assurer ?  

1 commentaire: