samedi 27 juillet 2013

Violence Policière à l'ANC !!!! Profitons de la démocratie Nahdhaouie

Après l'enterrement du martyr Mohamed Brahmi nous nous sommes dirigés à l'Assemblée constituante pour commencer le sit-in décidé depuis l'assassinat du leader politique du Front Populaire. Quand je suis arrivée sur place, je me suis retrouvée face à face avec une foule de manifestants  qui fuyait les coups des matraques des flics incontrôlables et les bombes lacrymogènes qui pleuvaient de tous les cotés. J'ai rejoint la foule, nous avons reculé et nous avons commencé à scander des slogans réclamant la dissolution de l'Assemblée Constituante , qui a perdu sa légitimité depuis le 23 Octobre 2013. Nous n'avions ni pierres ni autres objets dangereux. Nous sommes des manifestants pacifiques, nous sommes contre toutes les formes de violence.La foule affluait de toutes les rues avoisinant le siège de l'Assemblée Constituante et chaque fois ou un groupe nous rejoignait les flics devenaient nerveux et commençaient à nous lancer les bombes lacrymogènes, Made in Brazil SVP!!!!!!!!!!



Dans l 'une de leur attaque, ils ont attrapé l'un des manifestants, Issam Bouguerra, et ont commencé à le battre sauvagement . Des manifestants ont essayé d'intervenir et ils ont ramené une fourgonnette pour l'arrêter. Ses vêtements étaient en lambeaux et le sang coulait de son dos. Mon père et une femme se sont jetés entre les flics et Issam Bouguerra et ont essayé de les empêcher de le prendre mais ils étaient plus nombreux et ont réussi à le prendre.Leurs véhicules fonçaient dans  des groupes qui arrivaient . Les affrontements ont continué. La foule grandissait. Des flics qui me connaissaient se sont rapprochés et ont commencé à nous dire qu'ils étaient contre la violence. Et c'est là que un nombre de leurs collègues nous ont lancé leurs bombes lacrymogènes et les flics qui étaient avec nous ont protesté contre cette agression. Puis à un certain moment nous avons pu avancer jusqu'à la place devant le siège de l'Assemblée Constituante Jadis connue comme la place de la Fontaine. Notre nombre grandissait et j'étais près d'un groupe de flics et j 'ai essayé de discuter avec eux pour leur expliquer que nous étions des manifestants  pacifiques et que nous étions contre la violence et ils faisaient semblant d'écouter. Ils nous disaient que nous avions raison... 
Cela a duré 30 minutes le temps qu'ils ont reçu les ordres pour nous tabasser à coups de matraque et avec des chocs électriques. Mais nous n'avons pas quitter la place et nous sommes restés sur place . La foule est devenue plus grande et nous avons commencé à scander nos slogans mais dés que des personnes ont commencé à installer des tentes , une pluie de bombes lacrymogènes nous a inondés. Les gens ont commencé à courir dans tous les sens, et les flics nous poursuivaient avec leurs matraques et chocs électriques . Deux bombes ont effleuré mon pieds et à un certain moment j'ai cru que j'allais mourir asphyxiée. Ils ont continué à nous poursuivre dans les petites ruelles. Et nous avons du nous réfugier dans un immeuble. Nous étions une vingtaine entre femmes et hommes mais malheureusement un flic s'est aperçu de notre présence. Il a lancé une bombe lacrymogène dans l'immeuble et a ramené une dizaine de ses collègues ils étaient tous armés. Nous avons couru dans les escaliers et à un certain moment je me suis aperçu que mon père était le dernier à monter et qu'ils étaient juste derrière lui. Je suis redescendue , je l'ai pris par la main et crié: celui qui touchera à mon père je le tuerai . Un flic en civile mais portant un dossard de la police était déstabilisé par mes mots . il a marqué un temps de pause et nous a permis de monter et rejoindre le groupe. Il est monté en premier sur le toit ou nous étions mais il est resté silencieux . Son collègue en  tenue à commencé à hurler et à nous insulter , nous demandant de nous mettre à genoux chose que nous avons refusé de faire. Il dirigeait son arme servant à lancer des bombes lacrymogènes vers les visages. Il nous insultait: fils députés, on va vous niquer , crétins etc...
et a giflé un jeune homme très calme ... il le traitait des voleur : qu'est ce que vous faites là vous êtes là pour voler ... bande de bandits .Puis s'est retourné vers une jeune femme à mes cotés pour l'insulter à son tour . Cette dernière l'a répondu calmement pour lui expliquer qu'elle est la fille de son collègue . En réponse elle a eu droit à : un collègue ayant une fille comme toi est une honte pour nous. Mais cette dernière est restée calme . Nous avons essayé de calmer le jeu en discutant et c'est là que le flic en civile et en dossard nous a dit que nous pouvions descendre un à un et qu'il allait nous protéger et c'est ce qu'il a fait . A un certain moment il était en premier et il a éloigné une autre bombe lacrymogène lancée par ses collègues. Une fois dans la rue, un autre flic ma dévisagé en me disant : et tu mets un piercing aussi!!! 
Dans la rue, le chaos régnait . Des gens couraient dans tous les sens et les flics les poursuivaient avec leurs matraques . Des personnes étaient par terre étouffés par le gaz ... il y'avait des ambulances etc ...
Nous avons décidé de nous éloigner un peu le temps de nous reposer dans la voiture et c'est là que j'ai vu des flics qui insultaient des journalistes en leur reprochant le fait de les filmer en tabassant et fermant l'oeil sur des casseurs, qui n 'étaient pas présents  pas à ce moment là ... Sur mon chemin j'ai vu les casseurs; des adolescents qui nous ont confirmé qu'ils étaient là pour créer le chaos .


NB; Excusez mes fautes d'orthographe et autres je suis rentrée pour soigner quelques blessures et changer mes vêtements et je vais rejoindre les manifestants pour la suite , je n 'ai pas le temps de vérifier . 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire