Accéder au contenu principal

L 'ouverture du FIFAK




Arrivée à Kélibia l 'après midi_ après un long voyage "périlleux " fatiguant puisque j 'ai fait la gaffe de prendre le bus normal et non pas le bus confort et puisque le convoyeur a choisi de me servir en dernier lieu car je lui ai  présenté ma carte handicap (et moi qui croyait que les handicapés sont les prioritaires ). Un long voyage dans les odeurs nauséabondes  de sueurs . Un long voyage dans la nausée causée par les secousses  du bus.Le café de la Maison du Peuple, était plein .  Et nous voici partis dans une longue partie d' embrassades et de salutations longues et des discussions infinies , et de questions habituels après une longue année d'absence. A la rencontre de Saif un jeune  activiste de Kélibia , mon défaut d 'activiste est réapparu , malgré ma ferme résolution à partir en vacances pour me reposer . Nous sommes entrés dans une discussion concernant l 'histoire de la privatisation des plages de Kélibia et nous avons décidé de suggérer à Lobna Noomene qui assurait le spectacle de l 'ouverture du FIFAK de passer un message aux responsables.

Le soir, certes les festivaliers  de cette 25 ème session du FIFAK étaient moins nombreux que ceux de la session précédente mais l 'ambiance était magnifique . A l 'entrée du théâtre un bon fond de musique m 'a attirée : le luth et la belle voix du Cheikh Imam m 'ont ensorcelée . La présence excessive des policiers m'a dérangée.




Après les longs discours habituels et ennuyeux  des responsables, la soirée a commencé avec la belle chanteuse engagée et l 'amie Lobna Noomene , qui a commencé avec une chanson dédiée au Liban et a enchainé avec des chansons du cheikh Imam , les spectateurs l 'ont accompagnée  chaleureusement quand elle a interprété : "AL BA7R byedh7ak lih" et "Ettanbour" . Certains festivaliers se sont levés et ont chanté avec elle à fond . Lobna a aussi émérveillé tout le monde avec sa chanson "nari ala layam" , une chanson qu 'elle a chanté auparavant avec le groupe Bellamara  


Lobna a enfin passé un message contre la privatisation des plages de Kélibia  après l 'avortement d 'une action t-shirts blancs pendant le festival .

Le film de l 'ouverture , "Mariage à 3 visages" du réalisateur Martiniquais  Pierre Laba racontant l 'histoire de Amoin, petite villageoise d’un bled perdu de Bobo-Dioulasso, qui va voir son quotidien bouleversé quand ZASS, son cousin photographe ambulant qui rêve de partir en Europe, va arranger un mariage sur Internet avec un homme blanc qu’elle ne connaît pas. Se voulant, plus royaliste que le roi, Amoin va mul-tiplier les ratés et les maladresses à l’arrivée de cet homme au grand désarroi de ZASS qui voit son rêve de partir s’envoler petit à petit. Il décide de prendre les choses en main avec l’aide de son ami Streev, un expatrié en vacances, jusqu’à l’obtention pour Amoin et pour lui d'un visa, n 'a pas réussi à convaincre l 'audience . Le théâtre s'est vidé progressivement et on entendait des critiques ici et là .

Après des discussions devant la maison du peuple _j'ai pu rencontré Traek Kahlaoui et Barbach _, que la fête commence , nous voilà dans l 'état habituel d 'errance entre les hôtels de Kélibia . On hésite 100 fois , et on fait l 'aller-retour 100 fois avant de nous installer dans l 'un des hôtels pour une longue soirée de musique . A la Belle Étoile , Bendirman et Lobna Noomene étaient au RDV pour une belle soirée de musique .

A l 'aube c 'est le moment, d 'aller à la plage d'El Fatha" , le moment de continuer la soirée ; un maillot , quelques bières ou autre boisson , une guitare ou un luth font l 'affaire  . Un feu de camp fut allumé et la folie s'était installée: des rythmes fous de musique . Bob Marley et Gnawa Diffusion étaient de la partie à travers leurs chansons : Get up Stand Up et Clandestino ont fait entré les foules en trance.

Personnellement je m'étais  amusée à prendre des photos  et à discuter calmement avec mon ami Nazih en admirant un lever magnifique du soleil  .


Et une photographiant une mer magnifique tout en pensant à la douloureuse éventualité de sa privatisation.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le droit à la différence par Zohra Ben khoud

L'auteure de ce texte est une jeune fille , une lycéenne au lycée Pilote de Kairouan. 
Parfois , je me pose des questions du genre  pourquoi on n'est pas tous nés au même endroit , au même jour, à la même heure ? Pourquoi il y' a t il deux sexes ? Pourquoi homme et femme ? Pourquoi blanc et noir ? Pourquoi mince et gros ? je réalise alors que cette différence avec laquelle on est venu au monde , assure l'échange culturel , la richesse intellectuelle , la diversité et la variété sociale . La preuve, sous le même toit , on trouve un homme et une femme , sans qui , il n'y aura pas de reproduction . J'en déduis alors qu'il faut être différent pour avancer . Différent de sexe , de religion , d'ethnique , tout cela ne peut être que bénéfique et enrichissant pour tout un chacun . On s'accepte en fin de compte pour la simple raison qu'on est génétiquement différent .
Toutefois , en grandissant , on essaie de tout créer à nouveau . Dieu nous …

حنان أو قصة "حارقة "

أحيانا تضعك الصدفة أو القدر أمام مواقف لا تنساها أبدا أو أشخاصا يتركون أثرهم على حياتك الى اخر يو م فيها … فلا تنساهم . سافرت الى مدينة كوزنشا الصغيرة في جنوب ايطاليا من اجل تسلّم جائزة منحتني اياها احدى المنظمات كتكريم على مجهوداتي من اجل دعم الثقافة المتوّسطية أو هكذا ارتأت لجنة التحكيم المتكوّنة من اساتذة من السوربون الفرنسية و عديد الجامعات الايطالية العريقة و في طريق العودة … قابلت حنان … وصلت الى المطار باكرا و قمت باجراءات التسجيل و دخلت قاعة الرحيل حيث جلست وحيدة مع كتابي … فجأة تقدّمت منّي فتاة متحجّبة عربية الملامح و طرحت عليّ مجموعة من الاسئلة باللغة الايطالية... حتما فهمتها فالايطالية و الفرنسية لغتي الثانية متشابهتان وسرعان ما لمحت الجواز الاخضر بين يديها فغمرتني سعادة كبرى … ها انّي قد وجدت رفيقة للسفر تؤنس وحدتي … فلقد أتعبتني الوحدة التي أعيشها في كلّ سفرة و تعدّد ت السفرات و الدعوات لالقاء محاضرات و المشاركة في نقاشات
رسمت ايتسامة عريضة على وجهي و أجبتها عن سؤالها باللهجة التونسية تبادلنا اطراف الحديث لبعض الوقت و تطّرقنا الى مواضيع مختلفة و لمّا وصلنا الى مو…

في ايقاف جريح الثورة مسلم قصد الله

“اغفروا لي حزني وخمري وغضبي وكلماتي القاسية, بعضكم سيقول بذيئة, لا بأس .. أروني موقفا أكثر بذاءة مما نحن فيه”  ― مظفر النواب


لم أجد كلمات أخرى أنسب لأستهلّ بها كتابة هذه الكلمات عن الفضيحة المأساة التي يعيشها جريح الثورة مسلم  قصد الله  أو  مسلم الورداني . نعم هل هناك موقف أكثر بذاءة من القاء جريح ثورة في السجن على خلفية احتجاجه أمام مقرّ المعتمدية  نعم في بلد الثورة و في بلد الانتقال الديمقراطي و العدالة الانتقالية  يجد الأبطال أنفسهم وراء القضبان لحرصهم على مواصلة الطريق و انجاح ثورة نهشتها الوحوش و تحاول القوى الظلامية و الرجعية واالانتهازية تحييدها عن مسارها بكلّ  و      الوسائل والطرق يتمّ اصدار بطاقة ايداع بالسجن في حقّ مسلم فيمرّ الخبر وصت صمت رهيب و كأنّ الأمر حادثة عابرة و ليست بفضيحة دولة و فضيحة شعب .نعم هي فضيحة شعب انتهكت كرامته مرات و مرات و هو صامت خاضع خانع ... هي فضيحة دولة تهين شعبها لا بل أبطال شعبها ناسية أنّها في خدمة هذا الشعب . 
.مسلم  ذلك الشاب الذي فقد ساقه نتيجة الاهمال الطبّي و التعامل بلامبالاة مع ملف شهداء الثورة و جرحاها لا مبالاة يشهد عليها التحاق جريحي ثورة …