mercredi 28 décembre 2011

Délires d'une blogueuse dégoûtée(3)

Cela fait un bout de temps que je voulais écrire ce billet mais faute de temps, faute de concentration je l'ai ajourné de quelques jours. Du coup, je vais commencer mes élucubrations à partir de mes délires de ce matin. J'ai passé une nuit horrible: ma chatte en chaleur m'a envenimé la soirée avec ses miaulements et ronronnements. De plus elle n'a pas arrêté de  se frotter  contre moi langoureusement. Je n'ai pas réussi à la calmer malgré toutes mes tentatives. Moi qui rentrait lessivée après une journée plus ou moins agitée, je n 'ai pas réussi à gérer cette histoire de chatte. Oui ces trois derniers jours voire cette dernière semaine,j'ai vécu d'interminables événements et incidents épuisants physiquement et psychologiquement. Sadique comme je suis, j'ai commencé ma journée avec la visualisation de séquences vidéos dont l'enregistrement remonte à l'année dernière et je n'ai pas pu m’empêcher de pleurer comme une Madeleine. Je n'ai pas pu rester indifférente face à des souvenirs à la fois douleurs et délicieux qui remontent à la surface. La nostalgie m'a hantée. Des manifestations réprimés par des policiers haineux, des discours enthousiastes, des arrestations, des affrontements avec les forces de l'ordre. Le 28 Décembre 2010, j'ai eu le privilège d’être aux cotés des avocats rassemblés devant le palais de la justice de Tunis pour annoncer leur soutien aux habitants du gouvernorat de Sidi Bouzid qui subissaient les foudres de la colère d'un régime irrité par une vague des contestations pacifiques réclamant la dignité. Qu'elle était magnifique cette dame en "Sefsari" qui passait par là par hasard et qui interpellée par les discours des avocats dénonçant l'injustice, la corruption et les massacres commis par un régime autoritaire qui nous a muselés les bouches , non pire les cerveaux et nous a fait vivre dans un état léthargique pendant des années et des années. Me voilà qui passe du coq à l’âne comme toujours , revenons à notre bonne dame qui, sans hésitation, s'est placée au milieu de la foule bruyante et a commencé à nous délivré un discours des plus encourageant, dynamisant, et réconfortant. La bonne dame a parlé de son expérience avec la corruption et le népotisme. Elle a évoqué les dépassements de la famille royale sans peur. On lui a offert une chaise et elle a pu continuer son  assemblée générale historique qui a par la suite fait le "buzz" sur les réseaux sociaux. C'était un discours spontané qui venait du fond du cœur d'une vieille dame assaillie par les injustices d'une vie , d'un régime. Les discours des avocats étaient très clairs et allaient droit au but . Un des moments les plus forts, fut le discoursironique et critique de Maitre Abdennaceur Laouini . Ce jour là deux avocats ont été kidnappés et tabassés:Maitre chokri Belaid et Maitre abderraouf Ayadi. Ce jour là j'étais entourée de Leila et Hamed et des avocats.

Revenons à ma matinée. Cette séance d'auto-torture a été interrompue par la voix de mon père qui m'appelait pour le petit-déjeuner. Je ne voulais pas quitter  mon lit si chaud et m'aventurer dans le froid insupportable mais je l'ai fait quand même. Descendre les escaliers m'a paru comme un long voyage périlleux ou comme la traversée du "Sahara" au milieu de la nuit. Attablés pour le petit déjeuner, on a beaucoup rigolé  de l'état de ma chatte. on a discuté de tout et de rien. Je sentais que mon père était un peu rancunier par rapport à mes deux dernières nuits. Malgré les intempéries, je suis rentrée tard très tard deux nuits de suite et je raconterai cela dans d'autres billets , inchallah. 

Puis je me suis laissée envahir par mes pensées négatives. J'ai pensé à ces retrouvailles tant attendues et qui ont fini mal très mal . J'ai pensé à ces malades qui n'ont rien à foutre à part s'attaquer aux  gens qui veulent améliorer les choses. J'ai pensé à ces langues déliées pour insulter... pour faire  du mal . A ces gens qui me dénigrent gratuitement sans me connaître. J'ai pensé à la bêtise de ceux qui croient qu'ils sont les propriétaires d'une région ou une autre. Un imbécile a laissé une commentaire sous une photo me montrant à Menzel Bouzayene lors de la journée de la colère    organisée à la mémoire des martyrs de la région  le 24 Décembre et je vais en parler en détails dans un autre billet. Une journée ou j'ai vécu les meilleurs moments de ma vie entre des gens ouverts et révolutionnaires dont les familles des martyrs qui m'ont bien accueillie . Un commentaire qui choque ! comment peut on parler de liberté ? comment peut -on parler de révolution quand des gens peuvent émettre de telles réflexions? Une personne qui ne t'as jamais côtoyé et que ne connaît rien de ton passé et qui s’attaque à toi gratuitement  en se basant sur des préjudices et des rumeurs , un imbécile heureux qui croit que je devrais lui demander un visa pour me déplacer dans le territoire tunisien. Un imbécile heureux qui se cache derrière un pseudonyme et qui pouvait venir s’adresser à moi tout en se dissimulant derrière l'anonymat et l'écran d'un ordinateur. Ses mots n'étaient pas choquants , ce qui choque c'est le sort d'un soulèvement populaire, c'est le degré de l'ignorance et l’irrationalité implantés par le régime du dictateur dans notre peuple : des gens n'arrivent plus à utiliser leur cervelle efficacement . Les exemples de ce genre se multiplient et cela devient effrayant . J'ai pensé à ces administrateurs de pages Facebook qui se seraient vendus  à des partis politiques et qui travaillent à plein temps pour propager les rumeurs et pour dénigrer et discréditer les gens qui ont vraiment lutté contre le régime renversé.  Et puis le film des blessés , des martyrs et des pleurs de leurs mamans s'est défilé devant mes yeux ...
J’arrête mes délires là , j'ai des trucs à faire et je les reprendrai ce soir ...

2 commentaires:

  1. Bonjour Lina, tu es bien plus coriace que ça pour te laisser abattre, mais je te l'ai déjà dit:
    il faut de tout pour faire un monde.
    Et ma mère qui quand j'étais petit me disait :
    il ya de ceux là et de ceux là, et tous vivent sous le même soleil (dicton allemand)
    Courage et tête haute

    RépondreSupprimer
  2. Certes Calypso1967 mais vivre sous une dictature n'est pas la chose la plus agréable......
    Lina (puis-je vous appeler ainsi?) je vous admire beaucoup. Vous parlez très bien français en plus, c'est de belles choses que vous avez faites pour votre pays :)

    RépondreSupprimer