jeudi 15 décembre 2011

Kasserine : le retour !

Au moment ou je suis entrain de taper ces quelques lignes, je suis seule dans une petite chambre d’hôtel froide. Un hôtel ou j'avais essayé de loger un 10 ou 11 Janvier de cette année, quelques jours avant le départ du dictateur tunisien. Encore une fois, je suis loin des miens, de mes amis , de ma chienne si fidèle et de mon couple de chats persans si adorables. D’ailleurs, ce matin  Charlotte m'a fait la tête en me voyant entrain de préparer ma valise. Elle déteste mes départs fréquents ...

Revenons à notre hôtel, c'est le même  hôtel ou j' avais essayé de loger un 10 ou 11 Janvier de cette année mais je n 'avais pas pu le faire puisque tout était fermé à ce moment là. Et oui je suis dans la même ville ou j'ai  pour la première fois entendu le slogan 'Pain et eau et Ben Ali non' خبز و ماء و بن علي لا . Oui je suis à Kasserine, la capitale des martyrs !!! J'ai bien envie d'exprimer mes sentiments mais je n 'arrive  même pas  à les cerner. Ils varient entre l'émotion  la nostalgie, la joie, la tristesse, la mélancolie, la déception, le fierté,  le chagrin , la grisaille, l'espoir, le désespoir, l’abattement, oui oui  en  ce moment même  je sens tout cela et plus . Des sentiments confus, contradictoires et embrouillés !



Alors j'avais  essayé de loger dans cet hôtel mais ce n'était pas possible . Oui il y' a presque une année  j'étais là mais la situation était si différente. Tout était fermé même les hôtels. A l'époque et à mon entrée à la ville, j'ai remarqué les quelques bâtiments incendiés  et j 'ai vu quelques personnes piller le  "Magasin Général". Et puis j'avais droit à une scène que je n 'oublierai jamais; d'un coté les avocats qui étaient debout à l'entrée du Palais de la justice  pour exprimer  leurs colère pacifiquement et silencieusement, leur seule et unique arme étant des pancartes dénonçant le bain de sang qui a envahi le pays et qui a volé la vie à plusieurs citoyens innocents . De l'autre des policiers brandissant leurs armes avec toute l'hostilité et la haine du monde ainsi que des "snipers "visant les avocats et se plaçant sur le toit de ce qui m'a paru comme un poste de la Garde Nationale. Ce jour là , je n'avais  pas pu  accéder à l’hôpital dont le chambres cachaient les atrocités des forces de l'ordre du régime mauve du 7 Novembre . Ce jour là, j'avais  lâché mon appareil photo et j'avais disparu dans la foule ... J'avais  scandé ce slogan fièrement ...Ce jour là, l'odeur des bombes lacrymogènes avait irrité mes narines ainsi que mes yeux ...
Aujourd'hui, je suis arrivée à Kasserine à la tombée du jour, à l'heure bleue cette période de la journée ou le ciel se colore d'un bleu sombre. C'est ce qu'on appelle aussi  entre chien et loup. La ville était calme. Pourtant deux jours auparavant Kasserine était encore sous le ouvre feu. En effet, des émeutes ont éclaté suite à une omission; lors d'un hommage rendu aux martyrs de la Tunisie durant  la première séance plénière de l'Assemblée constituante élue le 23 octobre, une vingtaine de noms de martyrs de Kasserine ont été oubli, un oubli fâcheux que les habitants de Kasserine n 'ont pas pu pardonner.  Une connaissance de kasserine m'a chaleureusement accueillie et m'a installée dans cet hôtel. Tout au long de la route je pouvais voir des  slogans qui couvraient la majorité des murs: " Les kassrinois demandent du travail, le peuple va se révolter de nouveau , Le peuple veut la révolution de nouveau". Les magasins, cafés et hôtels étaient ouverts. Les gens continuaient leur vie normalement ... D'ailleurs, de mon lit je peux entendre les discussions et le bruit de la clientèle du bar de l’hôtel.




Prises nocturnes de la fenêtre de ma chambre d’hôtel

Ce sont mes premières impressions. Demain je taperais peut être d'autres lignes pour décrire la pauvreté  qui persiste dans les quartiers que j 'ai visité lors de mon tour précédent ... Ou écrirais -je des lignes pour dire que tout va bien et que la situation avait changé ...Ce qui est sur c'est que je dormirai en gardant  l'espoir d'un changement proche... 

NB: La dernière fois ou j'ai visité kasserine la clé 3G  pour la connexion ne fonctionnait pas. Aujourd'ui elle fonctionne parfaitement.




3 commentaires:

  1. این نیز می گذارد

    Bonsoir, mademoiselle.

    Je sais bien que vous ne répondez jamais à mes commentaires, mais malgré ça je voudrais vous raconter un petit conte persan. Vous avez dit que vos premières impressions ont été des sentiments confus et contradictoires. A mon avis, vous ne connaissez pas cette histoire:

    "Un roi a demandait à un artiste du cour de lui fabriquer une œuvre d'art capable de lui rendre triste quand il était joyeux et de lui rendre joyeux quand il était triste. Alors l'artiste l'a fabriqué une bague sur laquelle il a écrit cela: Tout finit par passer."

    Voilà l'histoire. Elle est très connue en Iran, en Afghanistan et aussi en Tadjikistan, les pays qui parlent la langue persane. La dernière phrase du conte est devenue un proverbe: " Tout finit par passer " - " این نیز می گذارد " - " Êin nîz mî gozarad "

    Il ne faut pas s'inquiéter, car à la fin tout va être comme il doit être.

    Au revoir.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Lina

    Je pense que les choses vont évoluer positivement, faut juste un peu de temps.
    Cependant, il faut rester vigilent et garder les yeux grand ouverts, pour ne pas retomber et déraper.

    RépondreSupprimer