jeudi 9 décembre 2010

16 jous d'Activisme Contre la Violence Faite aux Femmes:les droits sexuels et reproductifs

Seize jours d'Activisme Contre la Violence Faite aux femmes, est un évènement organisé par Amnesty International (section Tunisienne), ATFD, LTDH et UGET. Il s'agit d'une série de manifestations variées : projection de films, débats , ateliers et musique.
Ce Mardi 7 Décembre 2010 , deux ateliers ont été animés respectivement  par Sondes Garbouj et Anne Emmanuelle Hssairi : le premier s'est intéressé à la violence faite aux femmes dans cinq pays différents notamment : la Bosnie,  le Nicaragua,  l'Indonésie, le Congo, et la Swaziland . Le second a fait l 'étude d'histoires de vie de femmes et hommes victimes de la violence sexuelle et s'est porté sur les droits sexuels et reproductifs. J 'ai choisi d'assister au deuxième atelier.

Anne Emmanuelle Hssairi et Sondes Garbouj



Après une petite introduction générale et deux tours de table au cours desquels chacun a cité un droit sexuel et un droit reproductif , le groupe s'est divisé en sous groupes de cinq personnes pour faire l 'étude de 3 histoires de vie chacun et en tirer une synthèse et faire le listing des différents droits sexuels et reproductifs émanant de chaque cas.




Ensuite  une séance de travail collectif  a été organisée. Chacun des groupes a présenté la synthèse de son travail.
Certains droits mentionnés sont: le droit à l 'égalité sexuelle, le droit au respect du corps et à l 'intégrité physique et psychique, le droit au plaisir, le droit à une sexualité libre, le droit au respect d'une vie sexuelle privée, le droit à la contraception , le droit  à l 'avortement , le droit à l 'information, etc. Chacun de ces droits a été minutieusement discuté.


D 'autres sujets ont été abordé dont le viol conjugal, un fléau qui touche plusieurs femmes et qu 'on évite d'aborder et qu 'on ne reconnait pas , le chantage affectif et la manipulation, la violence contre les femmes, la prostitution et l 'homosexualité.Des discussions légales ont été initiées par certains participants mais la formatrice et l'animatrice de la séance a insisté sur le traitement des droits de l 'angle des droits humains universels vu que les lois changent d'un pays à un autre . Il fut ainsi avec les discussions portant sur le coté religieux des choses.
Par la suite  formatrice a ensuite pris le soin de donner des informations   ainsi que différentes démonstrations  concernant les différentes méthodes de contraception . Elle a parlé du stérilet et a fait une démonstration de sa pose dans l'utérus, la pilule, l 'implant contraceptif , et la piqure contraceptive. Elle a  ensuite donné les avantages et les effets secondaires de chaque méthode. L 'utilisation de la pilule du lendemain a été longuement discutée. la différence entre la pédophilie et l 'homosexualité a ouvert un grand débat.

Pour conclure les ateliers, chacun des deux grand groupes a présenté son travail .

L 'atelier fut très intéressant , ça fut un espace libre de discussion ou tous les tabous ont disparu. Il fut intéressant , instructif et éducatif. Mais j 'aurais aimé voir plus d'hommes à y participer vu que le sujet concerne les deux sexes; l 'acte sexuel est partagé et vu que l 'une des conclusions les plus importantes qu 'on a pu en tirer est que les droits sexuels et reproductifs  doivent être les mêmes pour les deux sexes .











3 commentaires:

  1. Je lance un grand coup de gueule parce que on n'a rien vu venir, cet éevenement est passé sous silence. En effet, je n'ai pas eu l'occasion d'entendre parler de cet évenement et d'y pouvoir accéder et ça me révolte.
    Le droit au plaisir? dois-je le formuler par le droit à la débauche? Si non, veuillez bien me l'expliquer.

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi lier plaisir à la débauche?
    Par droit au plaisir on évoque le droit de la femme à avoir du plaisir en faisant l 'amour avec son mari . Un mari ne doit pas forcer sa femme à faire l 'amour. Il doit lui garantir son plaisir. L 'acte du sexe doit etre un acte partagé par deux etres de la meme manière.
    Lina

    RépondreSupprimer
  3. vous parlez de mari qui force sa femme,ceci n a pas de sens dans le cadre du couple car la femme ne devrait pas se refuser.Avez vous entendu parler du devoir conjugal,?c est dans tous les livres de droit et de religions.Pourquoi croyez vous qu un homme epouse une femme?pourquoi croyez vous qu un homme depense autant pour gater sa femme???et cette femme prendrait ses bijoux ,ses robes et ses parfums et ensuite dirait desole cheri j ai mal a la tete?le sexe dans le marriage est un contrat tacite,il devrait devenir un contrat ecrit ca eviterai beaucoup de caprices

    RépondreSupprimer