Accéder au contenu principal

Journalistes et Droits des Femmes.

Le Centre Mohamed Ali de Recherches, d’Etudes, et de Formation (CEMAREF) organise du 14au 18 Décembre 2010 une formation pour les journalistes autour du thème des droits des femmes. Pour ceux qui ne connaissent pas le CEMAREF, il s’agit d’un centre de formation tunisien  à activité non lucrative créé par l’Association Club Mohamed Ali en 1991 pour réaliser des missions de recherche, d’études et de formation.  Le programme de la formation est diversifié. Il comprend des ateliers, des débats, ainsi que des interventions notamment par : Dorra Mahfoud, Fatma Azzouz , Monia Abed , Salwa Charfi et Moufida Belghith . 


Lors de la journée d’ouverture les participants se sont présentés les uns aux autres, ont pris connaissance du programme de la formation, et ont suivi une intervention générale concernant le rôle des médias dans le développement des droits des femmes et assurée par Professeure Fatma Azouz.   

La deuxième journée, deux ateliers ont été organisé. Le premier atelier ‘ Femmes et Politique’  a été animé par professeure Dorra Mahfoudh. Le sujet a été abordé de plusieurs angles. Le poids de l’histoire ne fut pas ignoré : de la phase de l’écartement des femmes des instances de l’état  dans le passé on est  passé à un renversement du stigmate visible dans la mise en avant de l’identité féministe. Différentes statistiques concernant la participation des femmes dans la vie politique ont été exposées et commentées par les participants. Par la suite Professeure Dorra Mahfoudh a exposé les différents obstacles de la participation de la femme dans la vie politique dont : les responsabilités familiales, les préjugés et perceptions inégalitaires quant au rôle des femmes, le manque des moyens de financement pour les campagnes et l’insuffisance de la socialisation politique.  Elle a ensuite raconté sa propre expérience dans le monde des syndicats. Elle a expliqué qu’il lui a  fallu deux années pour pouvoir s’exprimer lors des réunions et des assemblées. Elle a du prendre le look et le comportement des hommes pour s’intégrer dans le travail syndical. L’atelier  a été clôturé par des questions ouvertes au débat dont : le rôle des politiques et de l’état, le rôle  de la société civile, le rôle des associations des femmes/ féministes et  le rôle des médias.  




Le deuxième atelier a été animé par Maitre Monia El Abed et s’est penché sur le problème de la violence politique à l’égard des femmes ; un sujet qui est rarement abordé dans le cadre  des conférences organisées par les différentes associations s’intéressant aux droits des femmes. L’atelier a commencé par la définition du mot ‘genre’ , ‘gender’  النوع الاجتماعي   , pour ensuite définir la violence politique basée sur le genre. Les participants ont par la suite  travaillé sur un exercice de brainstorming. Ils ont répondu à la question : quelle est la violence politique dont les femmes tunisiennes sont victimes ? L’exercice s’est terminé par des commentaires sur les textes juridiques  concernant  la participation de la femme dans la vie politique notamment la Constitution et le Code électoral, pour arriver à la conclusion que juridiquement l’égalité par rapport à la vie politique existe. Une conclusion qui a conduit les participants au débat de la différence entre les textes et la pratique.
En effet, théoriquement l’égalité existe. Cependant la réalité est bien différente. La femme est presque absente dans la vie politique et si elle y est présente, elle est  souvent la victime de la violence politique. Les évènements du bassin minier furent un bon exemple pour illustrer cette différence. Durant ces évènements les femmes militantes ont subi différentes violences : physique, morale et même médiatique. Des violences  qui ont été caractérisées  par une agressivité et une humiliation supérieures à celles expérimentées par les hommes. L’atelier s’est terminé par un autre exercice. Les participants ont analysé la citation : ''Derrière chaque grand homme il y a une femme''.Les avis se sont divisés entre ceux qui voient que cette citation glorifie les femmes et ceux qui pensent que la citation est une manière de montrer que la femme est souvent liée à l’homme. Un long débat a commencé …

 



La formation se poursuivra les jours à venir. Le 16 décembre, Maitre Moufida Belghith parlera des lois internationales et des mécanismes de la défense des droits des femmes. Professeure Salwa Charfi animera un atelier à propos de la réhabilitation des journalistes. Elle sera présente le 17 Décembre pour faire l’analyse de l’image des femmes dans les médias.





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

حنان أو قصة "حارقة "

أحيانا تضعك الصدفة أو القدر أمام مواقف لا تنساها أبدا أو أشخاصا يتركون أثرهم على حياتك الى اخر يو م فيها … فلا تنساهم . سافرت الى مدينة كوزنشا الصغيرة في جنوب ايطاليا من اجل تسلّم جائزة منحتني اياها احدى المنظمات كتكريم على مجهوداتي من اجل دعم الثقافة المتوّسطية أو هكذا ارتأت لجنة التحكيم المتكوّنة من اساتذة من السوربون الفرنسية و عديد الجامعات الايطالية العريقة و في طريق العودة … قابلت حنان … وصلت الى المطار باكرا و قمت باجراءات التسجيل و دخلت قاعة الرحيل حيث جلست وحيدة مع كتابي … فجأة تقدّمت منّي فتاة متحجّبة عربية الملامح و طرحت عليّ مجموعة من الاسئلة باللغة الايطالية... حتما فهمتها فالايطالية و الفرنسية لغتي الثانية متشابهتان وسرعان ما لمحت الجواز الاخضر بين يديها فغمرتني سعادة كبرى … ها انّي قد وجدت رفيقة للسفر تؤنس وحدتي … فلقد أتعبتني الوحدة التي أعيشها في كلّ سفرة و تعدّد ت السفرات و الدعوات لالقاء محاضرات و المشاركة في نقاشات
رسمت ايتسامة عريضة على وجهي و أجبتها عن سؤالها باللهجة التونسية تبادلنا اطراف الحديث لبعض الوقت و تطّرقنا الى مواضيع مختلفة و لمّا وصلنا الى مو…

Le droit à la différence par Zohra Ben khoud

L'auteure de ce texte est une jeune fille , une lycéenne au lycée Pilote de Kairouan. 
Parfois , je me pose des questions du genre  pourquoi on n'est pas tous nés au même endroit , au même jour, à la même heure ? Pourquoi il y' a t il deux sexes ? Pourquoi homme et femme ? Pourquoi blanc et noir ? Pourquoi mince et gros ? je réalise alors que cette différence avec laquelle on est venu au monde , assure l'échange culturel , la richesse intellectuelle , la diversité et la variété sociale . La preuve, sous le même toit , on trouve un homme et une femme , sans qui , il n'y aura pas de reproduction . J'en déduis alors qu'il faut être différent pour avancer . Différent de sexe , de religion , d'ethnique , tout cela ne peut être que bénéfique et enrichissant pour tout un chacun . On s'accepte en fin de compte pour la simple raison qu'on est génétiquement différent .
Toutefois , en grandissant , on essaie de tout créer à nouveau . Dieu nous …

الكارتي هو الحل

المدة لخّرة  شفنا برشة هزّان و نفضان في تونس و  خاصّة على الشبكة الافتراضية  برشة فتاوي برشة اقامة حدود و اباحة  دماء و دعوات للقتل و التقتيل ; و قطع اليدين و الرجلين من خلاف  و هذا الكلّو بالطبيعة باسم الاسلام و المحافظة على الهويّة العربية الاسلامية   و من ناس لا علاقة لهم بالاسلام بمعنى سوّد وجهك ولّي فحّام و اخرج افتي على الشعب . اما كي نركّزو في الحكايات هاذي الكلّ و في نوع السبّ اللي قاعدين يستعملو فيه أصحاب النفوس المريضة الذي يدّعيو في حماية الاسلام نلقاو اللي المشكلة في الجنس بالعامية التونسية النيك    و في المراة  . الناس هاذم من نوع اللي ما يلحقش على العنبة يقول شبيها قارصة  ناس شايحين و  مكحوتين و مكبوتين  و محرومين . تي هي حكاية العبدليّة كي تجي تشوفها قيّمت البلاد و ما قعّدتهاش على  خاطر فرفور و كلسون.اي اي المشكلة الكلّ و حرقان مراكز و تكسير و ضارب و مضروب على البزازل و الفرافر   .هاذم جماعة الصابونة الخضراء جماعة مادام لامان عمرهم لا شمّوا ريحة الانثى . هاذم هاك اللي نهارين قبل ما يسيّب اللحية و يلعبها سلفي و متديّن و يوّلي يعطي في الحكم و المواعظ كانوا م…