lundi 9 avril 2012

Manifestation du 9 avril : la dictature est toujours en place .

Aujourd'hui à l'Avenue Mohamed V, j'étais au premier rang d'une manifestation pacifique  avec Hamma Hammemi , Radhia Nasraoui, mon père et d'autres personnes et on essayait de passer à l'avenue Habib Bourguiba . Avant cela nous nous sommes rassemblés à la place des Droits de l'Homme.  Tout allait bien, on avait nos drapeaux , nos pancartes réclamant la liberté , la dignité et  on scandait l'hymne national et des slogans  révolutionnaires mais pacifiques. D'un coup les policiers ont commencé à nous agresser , d'abord en nous poussant puis avec les bombes lacrymogènes et les matraques. On a fait un cordon et on luttait pour passer mais ils sont devenus très agressifs. Le cordon s'est cassé et je me suis retrouvée entre les bras de 3 policiers qui n'ont pas hésiter à me faire des attouchements. 


Les trois me tenaient par les seins et y pressaient et me frappaient en me traitant de pute : " Barra rawa7 nik ommek ya 9a7ba" et les bombes lacrymogènes pleuvaient de partout ...Mon père n'était plus là .  Je n'arrivais plus à respirer puisque j'étais déjà malade depuis deux jours mais j'ai réussi à leur échapper et j'ai couru vers la Banque Centrale ou des amis m'ont aidé avec du Coca Cola.  Des femmes et des hommes étaient par terre, certains souffraient à cause des bombes lacrymogènes et d'autres ont été tabassés. Quand j'ai rencontré mon père après il m'a informée qu'il a été agressé aussi: on l'a frappé avec une matraque  sur le bras et on l'a giflé. Les policiers ont contenu à nous courir après dans les  rues avoisinantes  et ils jetaient leurs bombes lacrymogènes. Je les ai vu utiliser leur matraques et frapper des femmes , des hommes , des vieux , des jeunes et certains des blessés de la révolution qui étaient avec nous. Cela à durer pendant des heures et des heures. Une fois à l'Avenue Habib Bourguiba, les voitures de la police s’approchaient de nous les portes ouvertes  et des policiers nous insultaient et nous criaient dessus . Ils nous ont forcés à quitter l'Avenue . Dans les rues avoisinantes , ils ont continué à nous lancer les bombes lacrymogènes et à nous menacer .... Ils essayaient de nous foncer dedans avec leurs paniers à salade. 

Quand on m'a informé que Fatma Arabicca a été agressée et a été transportée dans une clinique , je l'ai rejoint. Elle avait très mal et son épaule a été déboîtée...















Vive la démocratie Nahdhaouiste , vive la liberté islamiste , vive la police sauvage !!!!!

1 commentaire:

  1. Merci pour ton texte. Lina, je sais que c'et très dur , que les Nadhaouis n'ont rien à envier aux benalistes et qu'ils ne te font pas de cadeaux, mais l'Histoire avec un grand H s'écrit avec des gens comme toi.
    Marco

    RépondreSupprimer