samedi 14 avril 2012

Retour aux Pratiques de ZABA?

Hier Maitre Leila Ben Debba avocate et militante  des droits de l'Homme a eu l'horrible surprise de découvrir que son cabinet a été cambriolé. On lui a  volé son ordinateur et foutu le bordel dans son bureau. Certains de ses dossiers ont été volé. Il faut indiquer que le bureau de Leila se trouve dans un cabinet collectif et que seul son bureau a été cambriolé.

Maître Leila  Ben Debba est l'une des avocates qui a toujours lutté contre la dictature. Elle a toujours été et continue à être toujours  présente aux cotés des opprimés. Leila a défendu les prisonniers du bassin minier en 2008. Ses plaidoyers durant les procès des étudiants et de tous les prisonniers politiques sont inoubliables. Durant les événements  de Décembre2010 et Janvier 2011, Maître Leila a toujours été dans les premiers rangs des  manifestations. Elle s'est même fait tabasser par les sbires de Ben Ali comme le montre la photo incluse dans ce billet datant du 31 Décembre 2010  .

 Après la "révolution", Maître Leila a continué à lutter pour la justice, l'égalité sociale et la liberté d'expression notamment dans des procès comme celui s’attaquant à la chaîne de TV privée Nessma, dont le propriétaire a été traduit devant la justice suite à la diffusion du dessin animé : Persepolis. Maître Leila Ben Debba se bat pour les blessés de la révolution malmenés par l'état tunisien et violentés par la police. Elle est l'initiatrice d'une action caritative menée en Février 2012 pour venir en aide aux victimes des intempéries qui ont touché la Tunisie cette année.



Ces pratiques   ainsi que la violence que des Tunisiens  ont subi le 7 et le 9 Avril 2012  et dont le but est l'intimidation de toute voix libre nous rappellent celles  d'une époque que nous croyions révolue. La violence arbitraire contre des manifestants pacifiques a surtout visé des femmes et des symboles de la révolution. Certaines manifestantes dont moi même ont subi des attouchements sexuels. Une violence verbale a été dirigée contre elles : "rentrez chez vous sales putes , sales garces et traînées, allez vous faire enculer sales pétasses " . De plus, le cambriolage du cabinet de Leila est une attaque qui a visé une femme et un symbole aussi. Ce concours de circonstances pousse à réfléchir. Quels sont les messages qu'ils veulent nous faire passer ? Allons nous vers une nouvelle dictature?

Je finis mon billet par l'expression de mon soutien total à Maître Ben Debba  a décrit  ce cambriolage en utilisant le mot viol et je la comprends parfaitement  puisque je suis déjà passée par là en Avril 2010 (lire billet ici ). Je me rappelle bien qu'au moment ou j'ai écrit ce billet là , plusieurs personnes m'ont attaquée en me disant que j 'exagérais mais je le redis ceci est un viol et ne peut pas être décrit autrement. C'est horrible d'entrer dans votre chambre ou bureau et découvrir que vos affaires personnels ont été souillés par les mains de criminels ou de sbires. C'est horrible de découvrir que vos photos et vos vidéos les plus intimes ont été volées et vont être visualisées par des brutes. Néanmoins ces pratiques et ces viols ne nous ont jamais  intimidés et ne nous intimideront jamais. Nous continuerons notre lutte.


1 commentaire:

  1. Je pense fort à cette avocate ! J'espère qu'elle ne se laisserait pas décourager par ce cambriolage..
    Ma pauvre Tunisie.

    RépondreSupprimer