mercredi 23 janvier 2013

Lettre de Monsieur Lucien BELVAUX Observateur Civil International.à l'Amabssadeur Tunisien en Belgique concernant l'Affaire de Jaber Mejri et Ghazi Beji

         Charleroi, le 22 janvier 2013



                  A l'attention de Monsieur l'Ambassadeur de la République  Islamique de Tunisie,
                                                      278, Avenue de Tervuren

                                         115O                                                BRUXELLES


   
                  Objet:  Non respect de votre signature du 30 janvier 1992 approuvant la
                               Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

                               Concerne votre Gouvernement et spécialement vos Ministres de la Justice
                               et des Affaires religieuses que je vous prie de bien vouloir informer.


                                Monsieur l 'Ambassadeur,


                               Que stipule, l'article 18 de cette déclaration? Toute personne a droit à la
                   liberté de pensée, de conscience et de religion. Ce droit implique la liberté de chan-
                   ger de religion ou de conviction (de croire ou de ne pas croire) ainsi que la liberté
                   de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public
                   qu'en privé par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des
                   rites.

                                Force m'est de constater que vos responsables actuels sont parjures à
                   leur engagement . Fidèles à Monsieur GHANNOUCHI que j'ai rencontré à la
                   veille des élections pour la Constituantes, ils choisissent la Loi de dieu avant la Loi
                   des hommes et des Etats de Droit .
                  
                                 Encore faut-il que les instances internationales et l'Ensemble des pays
                    démocratiques signataires de la Déclaration Universelle approuvent votre attitu-
                    de aux risques d'être relégué au ban des pays voyous, non respectueux des Droits
                    des Hommes mais également de leur intégrité physique et morale.

                                J'en veux pour preuve le sos que m'adresse mon contact de Tunis.
                    « Dans la prison de Mahdia, il semblerait que Jaber MEJRI emprisonné pour
                    crime de non croyance, ait attrapé la gale tant les conditions d'hygiène sont catas-
                    trophiques au point qu'il ne peut plus marcher sur ses jambes. Les autres prison-
                    niers le battent et il a fallu le transférer à l'infirmerie pour éviter le pire. J'ai
                    honte pour mon pays. Diffusez s'il vous plait. ».
                              
                                Ceci ressemble fort aux tortures que subissent les prisonniers d'opinion et
                    les journalistes dans les prisons turques. Il est vrai que la politique du régime
                    policier turc a énormément d'influence sur le Gouvernement de Mr. JEBALI.
                    C'est vrai que Mrs ERDOGÂN et GHANNOUCHI sont les adeptes d'un Islam
                    modéré.



                                Je souhaiterais vivement , Monsieur l'Ambassadeur, que vous transmettiez
                     le contenu de ma lettre pour mettre fin à l'emprisonnement illégal ainsi qu'aux
                     tortures inqualifiables, à la fois physiques et morales, dont est victime mon pro-
                     tégé.

                                Je profite de l'occasion pour solliciter l'autorisation de rendre visite à
                     Jaber lors de ma prochaine visite à Tunis, en mars prochain, et vérifier les
                     conditions humaines de son incarcération.

                                Je communique copie de ma lettre aux instances internationales, à la Cour
                     Européenne des droits de l'Homme, à la presse internationale , aux différentes
                     ONG intéressées, à Maître BOCHRA-BELHAJ Hmida, avocate chargée de la
                     défense de mon protégé.

                                J'ose espérer Monsieur l'Ambassadeur que ma requête retiendra toute
                      votre attention et qu'une suite favorable lui sera réservée. De toute façon j'in-
                      siste fortement pour que soient nettement améliorées les conditions de sa déten-
                      tion.

                                Avec tous mes regrets, je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur
                       l'Ambassadeur, l'expression de mes sentiments déférents.



                                                                    Lucien BELVAUX
                                                         Observateur Civil International.


1 commentaire:

  1. C'est une lettre que sert a réveiller les esprits obscurcis par un islamisme faussement modéré. Bien fait pour Ganouchi et ses alliés!

    RépondreSupprimer