dimanche 27 mars 2011

Flou

J 'ai passé 15 jours en dehors de la Tunisie. J 'ai essayé de suivre ce qui se passe par internet et en regardant la TV.  Que de bonnes nouvelles: dissolution de la police politique,dissolution de l 'RCD etc... Mais voilà je ne comprends plus rien. J 'ai appris que la police politique a été dissoute mais voilà hier en entrant à un hôtel de Tunis , j 'ai vu les mêmes flics qui surveillaient les locaux des partis opposants et qui suivaient les activistes et les militants avant le 14 Janvier faire leur boulot d'antan. Il y 'a deux jours j 'ai appelé à une manifestation devant l 'ambassade de la Syrie et voilà ils étaient là . Aujourd'hui des visages que je connais étaient au café  l 'Univers en plein Avenue Habib Bourguiba. J 'aimerais bien comprendre pourquoi ces mêmes visages sont encore là ? S 'ils ne font pas partie de la police politique alors c 'est quoi leur rôle? Pour le compte de qui travaillent ils? 

Après deux mois du départ de Ben Ali, la situation des médias ne change pas. Pire encore il y 'a trois ou quatre jours je me suis sentie entrain de suivre la chaine mauve en écoutant et voyant la speakerine nous annoncer le communiqué du Ministère de l 'Intérieur. Le langage utilisé dans le communiqué n 'était pas mieux. Un discours de menaces. Hier on m 'a invitée à Express FM et nous avons discuté ce sujet et nous avons discuté le sujet du droit aux manifestations . Le porte parole du dit ministère nous a appelés pour nous bouffer ce qui reste du temps de l 'émission et pour nous dire que les citoyens tunisiens n 'ont pas besoin d'une autorisation pour manifester et que son ministère ne délivre pas d'autorisations pour manifester et qu'on pouvait manifester librement. J 'ouvre les journaux la même langue de bois. Rares sont les articles qui analysent la situation actuelle. Ceux qui insultaient les opposants se sont mis à insulter l'ex-président et sa famille. Pour moi ils sont plus coupables que lui. ils doivent être juger. 

Ceci n 'est qu'une partie  des choses qui ne vont pas en Tunisie. La liste est longue...

15 commentaires:

  1. je confirme on n'a supporté cebssi psk il n'a promis de transparence mnt les choses dévient compliqué

    RépondreSupprimer
  2. je confirme ,même sentiment pour moi rien n'a changer a part les photos de gros cons de zaba qu'on vois plus sur les murs et partout .Sinon la télé tunisienne même visages et même discours c'est fatiguant ,les hommes politiques lybiens à tunis personne ne parle à part les tv étrangères ,les gens chasser d'elkasbah et le tunisiens qui s'est himole à sidi bouzid ,les pauvres qui ont besoin de solution d'urgence ,les attaques contre les blogueurs ,les attaques contre les fanes des blogs ...bref rien n'a vraiment changer.

    RépondreSupprimer
  3. tout va se changer avec le relief des manifestants de kassba en premier lieu

    RépondreSupprimer
  4. Chère Lina,
    J'écris dès Cádiz (Espagne). Nous sommes un group de journalistes qui travaillons au sud d'Espagne. Parmi nos activités, nous organisons des encontres internationaux. Nous voudrions savoir votre disponibilité pour voyager, parce que pour nous, ça serait un grand honneur vous inviter chez nous.
    Mon email: blpaloma@hotmail.com

    RépondreSupprimer
  5. Faut-il juger toutes les personnes qui ont travaillé pour le ministère de l'intérieur??
    Ceux qui ont approché de près ou de loin l'ancien régime? Ceux qui ont été pistonnés pour les diplômes? emploi? logement? ou tout autre faveur ???
    A ce rythme là, les palais de justice vont travailler jour et nuit...
    D'autres pays sont passés par là: l'Espagne, la Grèce, le Chili...
    La baguette magique ne fait pas de miracle, il faut du temps pour le changement radical ( après le 24 Juillet)
    Des inquiètudes se dessinent à l'horizon sur le nombre des partis , leurs programmes et les compétences à gérer un pays qui a souffert de plusieurs décennies de dictatures...

    Info: Selon "Kapitalis.com" , l'association de sauvegarde de la ville d'Hammamet compte parmi ses 17 nouveaux membres, 14 appartenant à la mouvance islamiste, pas de femmes, ni d'artistes...
    Je pense que le vent des libertés soufflent sur la Tunisie, attention à la récupération politique !!!

    RépondreSupprimer
  6. oui @annonyme :on voit pas le bout ,il n'y a que les islamistes qui profitent de cette révolution .ce matin aussi il on parler de l'ouverture d'une université de l'islam à la mosquée de okba à kairoun .c'est inquiètent mais personne ne bouge;on dirait que l'état veut quand tombe dans l'extréme pour retourner à la dictature.

    RépondreSupprimer
  7. Je remercie ce dernier anonyme de donner les infos .
    Je ne comprends pas l'appel à la manif de mercredi prochain par un comité de laïcs et d'islamistes. Attention c'est de la récup...
    Je pense que ce sont 2 idéologies différentes et les objectifs sont opposés même si le but de la manif est commun...Celà me laisse perplexe.
    Trop de manifs ou sit-in tuent la révolution...
    Il faut s'informer ce que les plus de 50 partis vont proposer comme projets politiques: liberté d'expression, égalité devant la loi, dignité, et surtout la DEMOCRATIE... et non une dictature au nom d'une idéologie ,d'une religion .... et même le culte de la personnalité qui exclut et fait tomber cette révolution .
    Je viens de penser à un slogan de mai 1968 qui dit : "Ni Dieu , ni Maître"

    RépondreSupprimer
  8. Leila trabelsilundi, 28 mars, 2011

    Méfie toi des journalistes Espagnols: c'est un réseau de prostitution.

    RépondreSupprimer
  9. j'espère que les tunisiens arrêtent d'être chacun dans son camps et qu'ils redeviennent une même voix pour mener le pays à un bon port ,arrêtez de suivre les hommes politiques qui veulent la publicité pour gagner les élections et que leur bute finale c'est le pouvoir .Unissez vous et faite des demandes pour tous les tunisiens ,ils faut juger les violeurs et les tueurs de zaba ,et il faut avoir nos droits de citoyens eguaux devant la loi ,le rêve de la démocratie ne se réalisera pas tous seul .à bon entendeur.

    RépondreSupprimer
  10. salut Lina,voilà ce que j'avais déjà dis à une Tunisienne qui a aussi un blog si cela peut t'éclairer et être utile; j'ai confiance en l'humanité nous pouvons arriver a vivre sereinement tous ensemble dans la paix et la démocratie, je sais qu'il y a beaucoup de bien et de "bonne volonté" parmi nous.
    il faut juste avoir les bons maîtres et instruire les bons élèves pour faire une bonne classe qui sera à son tour le bon guide pour le futur! comme le(8)huit symbole de l'infini de la continuité du recommencement.
    j'ai quelques solutions mais je suis comme le conducteur qui doit piloter un engin sans carburant! et ce carburant c'est les élèves...à bientôt

    RépondreSupprimer
  11. Démission ou Ejection?

    Habib Essid est le nouveau ministre de l'intérieur, sachant qu'il était le chef de cabinet du ministre de l'intérieur de 1997-2000.
    Peut-on le qualifier proche de la nomenclatura de ZABA???
    Farhat Rajihi était qualifié comme l'homme de la situation et "Mr Propre" s'en va.
    Allez comprendre à cette situation politique.

    RépondreSupprimer
  12. Things happen slowly sometimes, you must be patient. Daniel N.

    RépondreSupprimer
  13. Chères Lina et Leila,
    Nous ne sommes pas un réseau de prostitution!!
    Vous pouvez voir www.prensacadiz.org. C'est nous. Et nous sommes vraiment très interesés á vous inviter pour parler sur la situation à la Tunisie. Femmes comme Lubna Husseino ou Caddy Adzuba, parmi d'autres journalistes, ont déjà été ici.
    blpaloma@hotmail.com
    (mon Fraçais n'est pas très bon!)

    RépondreSupprimer
  14. Good day, I'm a tv journalist from South Africa and we are doing a story on the role of online activists in creating democracy in Tunisia. We would like to interview you via Skype if you are willing? Please email me at sabcmedia@yahoo.com. Also I'm trying to reach Wissem Sghaier for the same purpose, do you know how we can get hold of him? (I'm not sure if he can speak English?). Regards, Adel - SABC News

    RépondreSupprimer
  15. Je viens de découvrir votre blog. Je tombe sur cet article posté le 27 Mars.
    Aujourd'hui, nous sommes le 6 avril et la situation est non seulement la même mais elle est pire et rappelle le souvenir des jours malheureux d'avant 14 janvier.
    Essid et Bannour sont nommés matraquer le peuple qui tient à sauvegarder la révolution et entend aller jusqu'au bout de ses droits malgré la campagne de si Essebsi qui assomme le peuple d'accusations culpabilisantes visant à le plier au nom de l'intérêt du pays.

    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer